•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La mission des petites universités dans la francophonie

le visage d'une personne en premier plan, sur sa joue un tatouage temporaire avec le logo franco-ontarois et sur son chapeau le drapeau franco-ontarois et un macaron LaRésistance.ca
Des milliers de francophones ont manifesté en 2018 à travers l'Ontario pour protester contre la décision du gouvernement de cette province d'annuler la construction d'une première université entièrement en français, l'UOF. (Crédit photo : Lars Hagberg/AFP/Getty Images)PHOTO : Getty Images / AFP/Lars Hagberg
Publié le 16 novembre 2022

Le Canada compte plusieurs petites universités francophones à travers le pays. Quels sont le rôle et la mission des universités de petite taille au sein de la francophonie? L'Université de l'Ontario français accueille le colloque du Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne du 16-18 novembre 2022 durant lequel ces questions seront discutées. Martin Normand de l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne explique en entrevue ce qui fait la spécificité et la force de ces établissements.

L’Université de l’Ontario français a proposé la thématique de cette année. L’institution se penche sur la mission particulière que remplissent les petits établissements universitaires dans leurs milieux.

« Les petits établissements se distinguent des grands établissements de plusieurs façons, de par leur proximité avec leur milieu, de par l’adaptabilité des programmes et l’offre de cours […] On veut voir comment tout ça permet aux établissements dans la francophonie de se distinguer. »

— Une citation de  Martin Normand, directeur de la recherche stratégique et des relations internationales à l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne

Les petits établissements sont souvent installés dans les communautés rurales, et cela leur permet de répondre à des besoins particuliers. Ils ont le pouvoir d’être des acteurs centraux dans le développement de leur communauté, selon monsieur Normand.

Il y a tout de même des défis pour les petits établissements, admet-il, surtout en ce qui concerne la taille des cohortes, le recrutement de nouveaux élèves. Cela a des conséquences sur le financement.

Il y a également un défi au niveau de la reconnaissance de ces établissements de la part des grands établissements postsecondaires.

D’ailleurs, le financement de la recherche pose problème aux professeurs qui enseignent dans les plus petits établissements, car il y a une forte compétition pour les subventions.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser