•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Campagne contre le crime organisé dans les Premières Nations

Le matin du Nord, Ici premiere
Rattrapage du lundi 12 septembre 2022

Campagne contre le crime organisé dans les Premières Nations

Campagne contre le crime organisé dans les Premières Nations

La policière porte une casque et tient un micro.
Chantal Larocque des Services policiers d'Anishinabek PHOTO : Martine Laberge
Le matin du Nord, Ici premiere
Le matin du NordPublié le 12 septembre 2022

Les services policiers des Premières Nations de l’Ontario prennent position contre l’augmentation des activités et de la violence liées aux gangs criminels qui opèrent sur le territoire des Premières Nations.

Chantal Larocque est l’initiatrice d’une campagne de sensibilisation à cet effet. Elle croit que les groupes de crime organisé des grands centres urbains visent les Premières Nations parce qu’il y a moins de surveillance policière.

L'agente ajoute que les crimes ne sont pas autant rapportés à la police.

« On a vu une grande augmentation d’activité de drogues, de fusillades, et puis dans certains cas on a eu des meurtres […] L’enlèvement aussi des femmes dans les plus grands centres pour le [trafic de personnes]. »

— Une citation de  Chantal Larocque, policière, service de police Anishinabek de l’Ontario

Le slogan de la campagne est : Si vous le voyez, signalez-le. Il s’agit d’un message pour encourager les membres des Premières Nations à signaler les incidents violents et les autres crimes.

On a besoin de l’aide du public., souligne Chantal Larocque.