•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Revisiter l'histoire de la murale sur l'ancien hôpital St-Joseph à Sudbury

Le matin du Nord, Ici premiere
Rattrapage du vendredi 22 avril 2022

Revisiter l'histoire de la murale sur l'ancien hôpital St-Joseph à Sudbury

Une exposition littéraire sur la plus grande murale au Canada

Une affiche produite à partir du poème d'Alex Tétreault
L'exposition de la Sudbury Writers' Guild est présenté au centre commercial New Sudbury jusqu'au dimanche 24 avril.PHOTO : Radio-Canada / Frédéric Projean
Le matin du Nord, Ici premiere
Le matin du NordPublié le 22 avril 2022

Dans la foulée des polémiques et des éloges autour de la murale polychrome qui recouvre l'ancien hôpital Saint-Joseph à Sudbury, la Sudbury Writers' Guild a cru bon de produire un recueil de nouvelles et de poèmes qui commentent cette œuvre d'art public qui ne laisse personne indifférent.

Le livret Painted Voices regroupe ainsi les textes d’une vingtaine d’auteurs et d’autrices de Sudbury qui dressent un portrait de la valeur historique de l’ancien hôpital tout en commentant les couleurs psychédéliques qu’il porte depuis quelques années déjà.

Un deuxième souffle pour Painted Voices

Afin de mieux faire connaître son projet, la Sudbury Writers’ Guild a produit des affiches où l’on peut lire les textes du recueil. Celles-eci sont agrémentés de photos de l’hôpital et de la murale de l’artiste californien Risk.

Alex Tétreault, auteur d’un poème intitulé piped dreams qu’on retrouve dans le recueil, voit là une occasion d’amorcer une discussion plus nuancée avec le public sur une œuvre qui ne passe surtout pas inaperçue.

« On aimerait que les gens puissent avoir une meilleure idée de l’art et qu’ils puissent mieux en discuter en public. Mieux en débattre. Puis qu’on puisse passer à un degré de discours public où l’on parle du mérite de l’œuvre et où l’on discute de ses qualités artistiques au lieu de son droit d’exister. »

— Une citation de  Alex Tétreault