•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement
Projet audio seulement
Rattrapage du mardi 15 juin 2021

Hélène Koscielniak signe un texte pour la revue Lettres québécoises

Lettres [hors] québécoises

Publié le 15 juin 2021
Page couverture de la revue Lettres québécoises
La plus récente édition de la revue littéraire « Lettres québécoises » s’intéresse aux littératures franco-canadiennes.PHOTO : Facebook/lettresquebecoises

Les auteurs et autrices des francophonies canadiennes adressent la parole à leurs confrères et consœurs québécois.

La plus récente édition de la revue littéraire Lettres québécoises s’intéresse particulièrement aux littératures franco-canadiennes.

Le dossier spécial intitulé Écrire comme d’autres dansent invite 12 écrivains de partout au pays à s’exprimer sur une même question : qu’est-ce que ça veut dire pour vous de créer en français dans votre région ?

Deux autrices du Nord de l'Ontario prennent la parole

Pour la romancière de Kapuskasing, Hélène Koscielniak, il s’agissait d’une occasion en or pour faire comprendre aux Québécois que le fait français existe en Ontario depuis longtemps.

« Ce n’est pas juste quelques personnes qui ont gardé leur langue depuis X nombre d’années, là. C’est ce que nous sommes. Puis c’est ça que je voulais dire dans mes propos. »

—  Hélène Koscielniak

De dire Véronique Sylvain, la poétesse originaire de Kitigan, la plateforme offerte par Lettres québécoises lui a permis de réfléchir sur la place qu’occupe l’Ontario français dans ses projets d’écriture.

« Inévitablement […], l’Ontario français va revenir dans mes textes. J’ai même mon deuxième projet d’écriture qui porte sur l’enfance et la maladie. Ça se passe, entre autres, dans le nord de l’Ontario, mais je me suis aussi amusée à faire de l’intertextualité avec des textes [du poète franco-ontarien] Robert Dickson. »

—  Véronique Sylvain