•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du vendredi 14 mai 2021

Dernière jour de travail pour 83 professeurs licenciés de la Laurentienne

Journée sombre à l’Université Laurentienne de Sudbury

Publié le 14 mai 2021
Un campus universitaire
Le 15 mai marque la date officielle du licenciement de 83 professeurs de l’Université Laurentienne qui s’est placée sous la Loi des arrangements avec les créanciers des compagnies.PHOTO : Radio-Canada / Yvon Theriault

Quatre-vingt-trois professeurs de l'Université Laurentienne en sont à leur dernière journée de travail ce vendredi.

Le 15 mai est en effet la date d’entrée en vigueur de leur licenciement, alors que l’établissement s’est déclaré insolvable.

Nous avons eu beaucoup de réunions, a dit le président de l’Association des professeurs (es) de la Laurentienne (APPUL), Fabrice Colin.

M. Colin rappelle que le régime de retraite est sans doute l’une des plus importantes décisions financières pour ces personnes licenciées.

L’appui de plusieurs institutions et syndicats a aussi permis pour certains d’obtenir une charge de professeurs ou de chercheurs associés aux universités York et Ottawa.

Selon lui, le sous-financement des universités, partout, au pays ajoute à la difficulté de trouver un emploi.

Quant aux indemnités de départ, M. Colin trouve la situation tout simplement déplorable.

Un homme vêtu d'une veste noire aux rayures blanches

Fabrice Colin est le président de l'Association des professeures et professeurs de l'Université Laurentienne.

Radio-Canada / Bienvenu Senga

Un des aspects horrifiants est que les membres du corps professoral licenciés deviennent des créanciers sous le régime de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, dit-il.

Ils sont même placés derrière les principaux groupes de créanciers, comme les banques.

Nous allons faire pression auprès de ces institutions bancaires, afin qu’elles réduisent leurs réclamations [...] et puissent donc assurer que les membres licenciés reçoivent une compensation qui soit beaucoup plus équitable, conclut M. Colin.