•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du lundi 10 mai 2021

Le bois non-certifié pas toujours recommandable

Comprendre l'importance d'utiliser du bois estampillé dans des projets de construction

Publié le 10 mai 2021
Un homme charge du bois dans une camionnette devant des palettes de 2x4.
Les Canadiens ont profité de la pandémie pour effectuer de nombreux travaux de rénovation. PHOTO : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Dans un contexte où le coût du bois a augmenté, certains bricoleurs maison tentent parfois de tourner les coins ronds, en utilisant du bois qui n'est pas estampillé, c'est-à-dire, qui n'est pas autorisé. Mal pourrait leur en prendre, s'ils se font pincer par les inspecteurs municipaux.

La Ville de Kapuskasing a publié la semaine dernière un long message sur les médias sociaux, pour informer ses citoyens de la bonne utilisation du bois. On y rappelle notamment dans quelles circonstances peut être utilisé le bois qui n'est pas estampillé, qui n'a pas fait l'objet d'une vérification.

« Ce qu'on rappelait, c'est que ce bois-là (de petites scieries artisanales) ne peut pas être utilisé de façon générale dans les constructions communes comme les maisons ou les garages, tout ce qui est considéré structure, qui supporte du poids. »

—  Guylain Baril, directeur général, Ville de Kapuskasing

Conséquences

Le bois non estampillé, non acheté en magasin peut néanmoins être utilisé. Guylain Baril donne en exemple la construction de clôture, ou un quai, où il est tout à fait acceptable d'en faire l'usage.

Si un inspecteur municipal faisait la découverte d'une infrastructure où le bois n'était pas estampillé, qu'il n'était pas aux normes, il pourrait demander aux gens de recommencer tout simplement leur projet.

M. Baril recommande de contacter la municipalité, si un bricoleur ou un entrepreneur maison avait toujours un doute quant à l'utilisation qu'ils souhaitent faire du bois.

La Ville peut aussi proposer des solutions alternatives, moins coûteuses, dit-il.

Si une seule personne à Kapuskasing était pour utiliser ce bois-là pour bâtir quelque chose dans une application et que ce n'est pas permise, et que notre publication Facebook a fait que cette personne-là va reconsidérer son achat, on  aura accompli ce qu'on voulait, affirme Guylain Baril.