•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement
Projet audio seulement
Rattrapage du lundi 19 avril 2021

Un fantôme au Canada Bread ?

Théâtre du Nouvel-Ontario : le fantôme du 90 rue King

Publié le 19 avril 2021
Six hommes et femmes en costumes d’époque sont assis sur un banc.
La distribution de Lavalléville (1992), une production du Théâtre du Nouvel-Ontario.PHOTO : Archives du TNO

Les anciens bureaux du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) étaient-ils hantés ?

La femme de théâtre Marie-Thé Morin se souvient entre autres de lumières qui clignotaient de façon intermittente dans la salle de répétition et encore d’autres phénomènes difficiles à expliquer.

« Des fois, on commençait à chanter dans la grande pièce et les lumières se mettaient à clignoter sans raison. On arrêtait de chanter [et] elles arrêtaient de clignoter. »

—  Marie-Thé Morin

Un « coup » de fantôme

C’est en 1992 que Marie-Thé Morin fait partie de la distribution d’une adaptation de Lavalléville présentée par le Théâtre du Nouvel-Ontario. Comme les histoires de fantômes circulaient dans l’équipe de production, le musicien Dominique Saint-Pierre en a profité pour jouer un excellent tour à ses coéquipiers.

« Dominique Saint-Pierre nous a fait le meilleur gag de fantôme de ma vie. »

—  Marie-Thé Morin