•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du lundi 5 avril 2021

Parler aux médias :  liberté d'expression ou loyauté

La limite entre la liberté d'expression et la loyauté à l'employeur

Publié le 6 avril 2021
Capture d'écran d'une entrevue par vidéoconférence. L'homme regarde à la caméra.
Marc-François Bernier, professeur titulaire en communications à l'Université d'OttawaPHOTO : Capture d'écran/Zoom

Divulguer de l'information aux médias sans violer les restrictions internes d'une organisation, c'est devenu une prouesse complexe de nos jours.

D’après le professeur de journalisme à l’Université d’Ottawa, Marc-François Bernier, les lois restrictives, ainsi que les directives à l’interne empêchent les employés de s’exprimer dans les médias. Toutes les organisations limitent la divulgation de l’information, mais quand l’actualité est de l’intérêt du public, la question devient difficile.

« Toutes les organisations limitent la liberté d’expression de leurs employés. Même à Radio-Canada. Les organisations essayent de se protéger, mais parfois, ça peut nuire à l’intérêt public. »

—  Marc-François Bernier, professeur de journalisme à l'Université Ottawa

D’après lui, il y a eu de véritables stratégies pour assurer le contrôle de l’information, mises en place lors des 20 dernières années au sein des organisations. Malgré cela, ces limites peuvent être raisonnables pour empêcher la divulgation de fausses informations, de faits nuancés et d'histoires incomplètes.