•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du vendredi 19 mars 2021

La francophonie selon Lina Arseneault qui habite aujourd'hui aux États-Unis

Lina Arseneault vit sa francophonie dans l’État de Washington

Publié le 19 mars 2021
Deux personnes observent la ville de Seattle
La tour Space needle est l’un des emblèmes visuels de Seattle, la ville la plus importante de l’État de Washington .PHOTO : Reuters / JASON REDMOND

Lina Arseneault, une ancienne résidente de Smooth Rock Falls, habite chez nos voisins du Sud depuis plusieurs années. Après des années en Californie, elle et sa famille vivent dans l'état de Washington, où il n'y a pas un grand réseau de francophones.

Alors, notre fils est né à Silicon Valley. Ce qu’on a fait, c’est qu’on l’a envoyé à l’école internationale, alors une école francophone privée, on a dû payer. De mon point de vue, c’est quelque chose qui n’avait pas de prix. C’était très important que notre fils sache parler, écrire et lire en français, explique Mme Arseneault.

Un jeune homme, une dame et un homme assis autour d'une table.

Lina Arseneault, au centre, est entourée de son fils Mathieu et de son conjoint Robert. Après avoir vécu plus de 20 ans en Californie, ils habitent maintenant dans l'État du Washington.

Lina Arseneault

Malgré l’éloignement avec sa communauté du nord de l’Ontario, Lina Arseneault a eu la chance de vivre sa francophonie en rencontrant plusieurs francophones dans un club de Canadiens à Silicon Valley, ainsi que des membres de la francophonie internationale de passage dans l’État de Washington.

La francophonie pour moi, c’est mon identité, c’est ma fierté d’être et ça le sera toujours, conclut Mme Arseneault.

Dans le cadre du Mois de la Francophonie, Le matin du Nord vous présente des Nord-Ontariens qui se sont installés dans une autre province ou à l'étranger. Chaque mardi et vendredi, ces personnes expatriées expliquent comment ils vivent leur francophonie dans ce nouvel environnement.