•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du jeudi 18 mars 2021

Des voix se lèvent pour appuyer une université francophone à Sudbury

Faut-il former un réseau d'universités francophones en Ontario ?

Publié le 18 mars 2021
Les portes principales extérieures d’un immeuble avec un peu de neige sur les côtés
L’Université de Sudbury fait partie des établissements fédérés de l’Université Laurentienne. PHOTO : Radio-Canada / Yvon Theriault

Le titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en droits et enjeux linguistiques et professeur titulaire à la Faculté de droit, section de Common Law, de l'Université d'Ottawa, François Larocque, joint sa voix en solidarité à l'Université de Sudbury qui a annoncé qu'elle souhaite se constituer en tant qu'institution de langue française gérée par et pour la francophonie ontarienne.

Il croit que la mise en place d’une université de langue française à Sudbury viendrait potentiellement compléter le réseau d’universités francophones en Ontario.

Il a cosigné une lettre ouverte en appui pour ce projet publiée dans Le Voyageur.

François Larocque.

François Larocque juge déterminante l'avancée des communications en français suggérée par le premier rapport annuel de la Commissaire aux services en français.

Radio-Canada

On a vu que c’est quelque chose qui a emballé la communauté [...], indique-t-il. On voit dans les manchettes que la ministre Mulroney trouve l’idée intéressante, la ministre Joly a fait une sortie également, disant qu’il y aurait un appui fédéral probablement pour quelque chose dans ce genre-là [...]. Je pense qu’on voit du ministre [des Collèges et Universités] de l’Ontario, monsieur Romano, une ouverture également.

La seule opposition notée par M. Larocque provient de la lettre du recteur de l’Université Laurentienne, Robert Haché, qui dit vouloir maintenir les programmes francophones à la Laurentienne.