•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du jeudi 18 mars 2021

Le premier rôle d'Annick Léger au Théâtre du Nouvel-Ontario

50e anniversaire du TNO : les souvenirs d’Annick Léger

Publié le 18 mars 2021
Cinq personnes posent pour une photo en se taquinant
Annick Léger et l’équipe du spectacle « Le bateleur », la création maison du Théâtre du Nouvel-Ontario en 1994-1995. (Dans la photo : Annick Léger, Marc Thibodeau, Sylvie Dufour, André Richard, Roger Wylde)PHOTO : Archives du TNO / Rachelle Bergeron

Si ce n'était du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO), Annick Léger se serait-elle lancée dans le monde du théâtre ?

À l’occasion des 50 ans du Théâtre du Nouvel-Ontario, la comédienne originaire d’Elliot Lake signe un témoignage qui revient sur les coulisses d’un des premiers spectacles avec la compagnie sudburoise : Le bateleur, de Michel Ouellette.

Ses souvenirs sont fortement marqués par les lieux qu’occupait le Théâtre du Nouvel-Ontario à l’époque : le célèbre 90, rue King, dans le quartier du Moulin à fleur.

« C’était familial, c’était festif. On se rencontrait, on discutait, on s’amusait, on travaillait. On mangeait ensemble. Il y a eu une époque aussi [où] il y avait une table de billard… un autre petit hobby à moi. On jouait au billard, on prenait un verre, c’était vraiment très, très agréable. »

—  Annick Léger

Un public

À l’égard du public du Théâtre du Nouvel-Ontario, Annick Léger ne cache pas son enthousiasme. Elle souligne entre autres la volonté de ce public d’interroger et de critiquer les spectacles, mais sans jamais sombrer dans la méchanceté.

« C’est un public quand même soudé ensemble, peu importe les générations, je trouve. »

—  Annick Léger

L’entrevue avec Annick Léger a été présentée en deux parties.