•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du lundi 1 mars 2021

Elle publie son premier livre à l'âge de 75 ans

Un livre à l’honneur du vernaculaire du Nord de l’Ontario

Publié le 1 mars 2021
Plusieurs exemplaires du livre « Mon terroir à nous » et le disque compact qui l’accompagne
Florence Serré a publié son premier livre « Mon terroir à nous » à compte d’auteur. PHOTO : Courtoisie

À l'âge de 75 ans, Florence Serré publie son premier livre.

Publié à compte d'autrice, Mon terroir à nous s’intéresse aux traditions orales des communautés francophones du nord de l’Ontario. Plus précisément, le livre s’attarde au langage parlé et à l’histoire de son village d'origine, Desaulniers, dans le Nipissing Ouest.

« Ce que j’ai voulu faire dans ce livre-là c’est [m’intéresser à la période] des années 1940 à 1960 parce que c’est ce que j’ai vécu. […] J’ai voulu montrer l’évolution de la langue puis de la culture dans ce petit patelin-là. […] Ce qui s’est passé chez moi dans mon petit village, dans mon milieu, ça s’est passé ailleurs dans d’autres villages, dans d’autres petites villes du nord de l’Ontario, puis les gens vont pouvoir se reconnaître. »

—  Florence Serré

Un lexique de la

La plus grande partie du livre Mon terroir à nous est consacrée au lexique du français parlé par les gens de Desaulniers et d’ailleurs dans le nord de l’Ontario. Entre autres, on peut y retrouver les définitions de mots et d’expressions vernaculaires tels que pissou, se remettre sur le piton, pitoune et pleumer.

En complément de lecture, le livre est accompagné d’un disque compact avec des chansons interprétées par l'autrice. Il s’agit surtout de chants traditionnels inédits que sa mère fredonnait quotidiennement.

« Ma mère était une femme forte, une mère de 16 enfants vivants. Elle en a porté 24. Elle chantait du matin au soir dans la maison en faisant ses tâches quotidiennes puis j’ai retenu beaucoup de ces chansons-là. Puis j’ai trouvé que ça c’était un bagage culturel qui va se perdre si on ne les préserve pas. »

—  Florence Serré

L’entrevue avec Florence Serré a été présentée en deux parties