•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du mercredi 3 février 2021

COVID-19  :  les infirmières auxiliaires sont débordées

Les infirmières auxiliaires ontariennes veulent être entendues

Publié le 3 février 2021
Une infirmière équipée d'un masque.
Une infirmière de l'Hôpital général de North York s,apprête à entrer dans une salle de soins intensifs.PHOTO : CBC/Evan Mitsui

Dans un rapport d'une trentaine de pages, l'Association qui représente quelque 50 000 infirmières auxiliaires de l'Ontario fait le point sur les défis que la pandémie apporte à ses membres.

La quasi-majorité des infirmières auxiliaires (96 %) ont rapporté une charge de travail plus importante.

Et même avant la pandémie, c’était un défi pour elles, dit Tiffany Blair, la directrice des politiques publiques et des communications à l’Association des infirmières auxiliaires de l’Ontario.

Selon Mme Blair, les infirmières auxiliaires sentent une détresse morale, alors qu’elles veulent fournir un niveau de soins aux patients sans pour autant en être capables, faute de moyens.

Plus de six infirmières auxiliaires sur dix disent manquer de soutien psychologique, selon ce rapport.

Elles n’ont pas accès à des services gratuits comme d’autres professionnels de la santé selon Mme Blair, ce qui ajoute à la détresse des infirmières auxiliaires.

Des départs précipités

Le rapport révèle qu’une infirmière auxiliaire sur trois songerait à quitter son emploi. C’est vraiment inquiétant pour nous, affirme Tiffany Blair.

L’association interpelle le gouvernement Ford afin qu’il mette en place des mécanismes assurant de meilleures conditions de travail en embauchant notamment plus de personnel pour leur venir en aide.


Des infirmières et des préposés aux bénéficiaires, dit-elle, car les auxiliaires travaillent dans des équipes.

Elle demande aussi plus de postes à temps plein.

Plusieurs occupaient jusqu’à trois postes, mais, en raison de la COVID-19, le gouvernement limite à un endroit seulement leur déplacement, ce qui les empêche de bien gagner leur vie, explique Mme Blair.

L’association qui représente les infirmières auxiliaires croit que toutes les professions en santé sont touchées par les mêmes problèmes et espère que son rapport aidera les politiciens à trouver une solution.