•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le Camp Soleil de Noëlville n'accueillera pas d'enfants cette année

Le matin du Nord, Ici première
Rattrapage du jeudi 21 mai 2020

Le Camp Soleil de Noëlville n'accueillera pas d'enfants cette année

Après 26 ans sans interruption, une pause forcée pour le Camp Soleil

De jeunes hommes et femmes qui sourient
Le Camp Soleil a été créé pour pallier le manque d'activités encadrées pour les jeunes francophones de Rivière des Français. PHOTO : Radio-Canada / Bienvenu Senga
Le matin du Nord, Ici première
Le matin du NordPublié le 21 mai 2020

Une tradition estivale de longue date pour les enfants du nord de l'Ontario prend une pause forcée cet été : le Camp Soleil suspend ses activités pour l'été 2020.

La décision était devenue inévitable depuis l'annonce par la province, plus tôt cette semaine, d'interdire les camps d'été avec nuitées en raison de la pandémie.

Elle a été entérinée par le conseil d'administration du Camp Soleil mercredi soir.

Plusieurs options ont été discutées pour poursuivre les activités, comme offrir un service de jour seulement, mais l'idée a été rejetée par le groupe de bénévoles.

« Ce sont les jeunes qui vont être encore plus déçus que nous quand ils vont comprendre que ce ne sera pas possible. Même si la situation semble s'améliorer, je ne crois pas que le gouvernement Ford va reculer. Et même s'il le fait, ce sera trop tard. »

—  Régent Dupuis, président, Camp Soleil

De retour l'an prochain

Le Camp Soleil, à Noëlville, a été fondé en 1993. Il a accueilli plus de 5000 enfants depuis son ouverture.

Régent Dupuis insiste: la pause pour l'été 2020 ne signifie pas une fermeture définitive du camp francophone, géré par les clubs Richelieu de la région.

« On n'est pas déçu au point d'annuler quelque chose de si important pour les jeunes. Malheureusement ça va prendre plus d'effort pour faire la promotion du camp (l'an prochain). »

—  Régent Dupuis, président, Camp Soleil
Un homme qui sourit

Le président du conseil d'administration du Camp Soleil, Régent Dupuis.

Radio-Canada

Camp de jour

Ailleurs, les camps de jour sans nuitées pourront continuer d'avoir lieu en Ontario, avec l'autorisation des services de santé publique.

Au Carrefour francophone de Sudbury, qui organise des camps dans le Grand Sudbury et à Noëlville, on avoue n'avoir aucun indice sur les conditions qui seront imposées pour pouvoir assurer la sécurité des participants.

En attendant d'avoir des directives claires, le directeur général du Carrefour, Stéphane Gauthier, tente de s'inspirer des normes québécoises pour élaborer divers scénarios.

« Je ne sais pas si on a gagné notre pari, mais la santé et la sécurité des employés et des enfants est la première chose à considérer. Il reste beaucoup d'inconnus. »

—  Stéphane Gauthier, directeur général, Carrefour francophone de Sudbury
Un chansonnier à la guitare accompagné d'un groupe d'enfants dont un garçon au micro.

Le chansonnier André Thériault accompagnait des enfants dans un camp d'été de chansons folkloriques.

Radio-Canada / Eric Robitaille

Attendu

Le Carrefour francophone avait déjà reçu un nombre record d'inscriptions, avant même d'avoir la confirmation que les camps de jour seront autorisés.

Un des défis sera de conjuguer avec un ratio probablement plus petit de participants, pour assurer une distanciation sociale.

Davantage d'activités extérieures sont aussi prévues.

On veut que les enfants aient du plaisir. Que ce soit dans la joie, dans la mesure du possible...

Ailleurs dans le nord de l'Ontario

Le Camp jeunesse en marche de Haileybury a annoncé dès le mois de mars qu’il annulait le camp 2020, en raison de la COVID-19.

Dans une entrevue accordée à notre collègue Francis Bouchard le 13 mai dernier, le président du camp Source de Vie, à Hearst, Patrice Forgues, avait indiqué que l'organisme songeait à offrir un camp de jour, si les nuitées étaient interdites par la province.