•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du mercredi 18 mars 2020

Comment préserver notre santé mentale pendant la crise de la COVID-19?

COVID-19 : Garder une bonne santé mentale malgré la distanciation sociale

Publié le 18 mars 2020
Une personne prend la température d'une femme qui porte un masque.
Les nouveaux cas sont chaque jour plus nombreux.PHOTO : Associated Press / Fernando Llano

Alors que les autorités multiplient les appels à l'isolement et à la distanciation sociale, Santé publique Sudbury rappelle l'importance des enjeux liés à la santé mentale.

D’après Josée Joliat, infirmière hygiéniste pour l’équipe de santé mentale de Santé publique Sudbury et districts, de saines habitudes de vie sont la clé pour garder le moral en pleine crise du Coronavirus.

Il faut vraiment ne pas oublier de maintenir notre santé mentale, aller prendre une marche dehors, maintenir nos routines, s’assurer qu’on bouge bien, qu’on mange bien , précise-t-elle.

Josée Joliat en entrevue à Radio-Canada, devant l'Hôpital de Sudbury

Josée Joliat est infirmière en toxicomanie chez Santé publique Sudbury et districts

Radio-Canada

Mme Joliat rappelle l’importance de maintenir les connexions sociales via les technologies afin de ne pas souffrir de solitude et de prendre des nouvelles de proches plus éloignés.

Des moyens pour maintenir nos connexions virtuelles ce sont des choses qu’on voit ici. Ça démontre vraiment la résilience de notre communauté, ajoute-t-elle

Ne pas se laisser

Si Mme Joliat affirme qu’il est important de se garder à jour à propos des consignes publiées par la santé publique, écouter constamment les nouvelles peut s’avérer une source de stress.

On demande à la population de rester informée, mais de le faire avec des sources fiables, à des moments précis dans la journée, 1 à 2 fois par jour, explique-t-elle.

Car si l’inconnu peut être une source d’anxiété, la solidarité et la compassion sont des valeurs sûres pour faire face au stress lié Coronavirus, estime Mme Joliat.

C’est la collaboration et l’empathie qui va nous pousser à travers de cette crise, conclut-elle