•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du lundi 17 mai 2021

« Errances »  :  critique du nouveau roman de Marie-Thé Morin

Errances : dresser les objectifs de la vie après la mort

Publié le 17 mai 2021
Page couverture du roman; silhouette d'un corps humain dans un paysage collage et aquarelle avec fragments de notes de musique
Le roman « Errances » de Marie-Thé Morin est le premier tome d’une trilogie annoncée.PHOTO : Radio-Canada / Daniel Aubin

CRITIQUE | Qu'advient-il des âmes qui errent et qui rôdent dans le paysage terrestre au lieu de l'au-delà après leurs morts ?

Combien de fantômes peut-on héberger dans un vieux motel délaissé au bord de la route 11 à Rayon-de-lune (pour ne pas dire Moonbeam) ? Qu’est-ce qui fait de ce motel un point de chute pour les esprits désincarnés ? Et que font les fantômes pour satisfaire leurs fringales ?

En ce qui concerne la vie éternelle, le nouveau roman de Marie-Thé Morin préfère multiplier les questions au lieu d’offrir des réponses claires. Publié aux Éditions Prise de parole, Errances nous propose des récits de croissance personnelle chez ceux et celles qui ne sont plus de ce monde. Comment dresse-t-on les objectifs de la vie après la mort ?

Les parcours surnaturels qu’on nous raconte sont ancrés dans un quotidien aussi vraisemblable que déroutant. C’est l’humanité qui est au cœur de l’intrigue ; il ne s’agit pas d’un prétexte aux effets spéciaux. Comme c’est le premier tome d’une trilogie annoncée, certains lecteurs se feront le plaisir de le relire en attendant la suite.

La critique du roman