•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du lundi 26 avril 2021

Critique de « Quoi si, moé ‘ssi j’viens du Nord ‘stie »

Quoi si, moé 'ssi... : la satire pour ne pas en pleurer

Publié le 26 avril 2021
Six étudiants de théâtre qui performent à partir d'une rencontre Zoom
Les étudiants du programme de Théâtre de l'Université Laurentienne ont envoyé promener leur alma mater à la conclusion du spectacle « Quoi si, moé ‘ssi j’viens du Nord ‘stie ».PHOTO : Capture d'écran

CRITIQUE | Un peu plus de 50 ans après la première du spectacle duquel se sont inspirés les étudiants du programme de Théâtre de l'Université Laurentienne, leur nouvelle création collective Quoi si, moé 'ssi j'viens du Nord 'stie s'avère une satire piquante du milieu franco-sudburois et « d'une certaine université ».

Même si l’idée de départ était d’inviter les étudiants d’aujourd’hui à interpréter à leur façon le texte de 1971, Moé, j’viens du Nord 'stie, on retrouve finalement très peu de ce spectacle fondateur dans le projet diffusé le 23 avril.

Au lieu de multiplier les clins d'œil et les références au texte de 1971, les jeunes créateurs ont préféré offrir une suite de sketchs surtout satiriques, s’attaquant entre autres à l’absurdité de la pandémie, le fléau des fausses nouvelles et la crise autour des déboires financiers de l’Université Laurentienne.

Comme le programme de Théâtre de l’Université Laurentienne est parmi les nombreux programmes victimes des coupes annoncées il y a quelques semaines, ce spectacle est en quelque sorte le mot d’adieu pour le programme et ses étudiants.

Sans exception, ils en profitent pour envoyer promener leur alma mater, notamment à la conclusion du spectacle.

Pandémie oblige, le résultat final est essentiellement un long-métrage qui assurera une certaine pérennité au travail des étudiants tout en léguant une capsule historique théâtrale qui témoigne d’une époque trouble pour le milieu culturel du Grand Sudbury.

La critique de Daniel Aubin a été présentée en deux parties.