•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du vendredi 30 avril 2021

La revue de la semaine sportive de Frédéric Projean

L'unique souhait d'un espoir olympique : un couloir pour se faire valoir

Publié le 30 avril 2021
Une nageuse en action.
La Sudburoise Nina Kucheran est l'une des meilleures nageuses de brasse au pays.PHOTO : Jeremy Esbrandt/Seminoles

La nageuse sudburoise Nina Kucheran n'a qu'un souhait pour les prochaines semaines : que Natation Canada soit en mesure d'organiser des sélections olympiques, peu importe l'endroit.

L'organisme responsable de la natation au pays avait tout d'abord prévu la compétition au début du mois d'avril, avant de repousser la date à la fin du mois de mai, à Toronto.

Puis, cette semaine, en raison des règles sanitaires en vigueur en Ontario, elle l'a encore repoussée à la fin du mois de juin.

Natation Canada précise déjà réfléchir à un plan à l'extérieur du Canada, si les conditions sanitaires ne sont pas réunies pour tenir ces sélections olympiques au pays.

« Si tu as un couloir dans une piscine, tu as une chance. Pour moi, aucune différence si c'est à Toronto ou aux États-Unis. Moi, je veux juste faire la compétition, montrer pour quoi je m'entraîne. Je suis juste excitée qu'ils (Natation Canada) aient dit oui, on aura une compétition. »

—  Nina Kucheran, nageuse
Une femme pose fièrement devant une piscine. Elle arbore un chandail à l'effigie du Canada.

La Sudburoise a représenté le Canada à maintes reprises sur la scène internationale.

Photo offerte par Nina Kucheran

Plus forte

Nina Kucheran, 20 ans, entend se concentrer sur son entraînement dans la région de Toronto au cours des prochaines semaines.
Elle tente de garder le moral, malgré le report incessant des essais qui pourraient lui permettre de gagner son billet pour les Jeux olympiques de Tokyo.

C'est juste un peu frustrant pour les athlètes parce qu'on planifie être préparé pour un certain temps. Mais pour moi, c'est un autre mois d'entraînement, un autre mois pour agrandir mes forces. C'est tout ce qu'on peut faire, dit-elle.

Par ailleurs, la nageuse se désole de la dissolution de l'équipe de natation de l'Université Laurentienne et de toute l'incertitude entourant la piscine de l'université, fermée depuis le début de la pandémie.

Fermeture critiquée

Nina Kucheran rappelle que la piscine Jeno Tihanyi est la seule de taille olympique dans le nord de l'Ontario.
Sa fermeture définitive pourrait nuire au développement des nageurs et nageuses d'élite dans la région, croit l'étudiante à l'université Florida State.