•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le matin du Nord, Ici Première.
Le matin du Nord, Ici Première.
Rattrapage du vendredi 16 avril 2021

Capsule sportive avec Frédéric Projean

L'impact des compressions à la Laurentienne sur les athlètes-étudiants

Publié le 16 avril 2021
Daxton Timeriski, Karine Lévêque, Noémie Ringuette en maillot de bain et en uniforme de hockey.
Les sports ne seront plus les mêmes à l'Université Laurentienne l'an prochain.PHOTO : Collection personnelle: Daxton Timeriski, Karine Lévêque, Noémie Ringuette

Les compressions budgétaires annoncées en début de semaine par l'Université Laurentienne entraînent des conséquences majeures pour les équipes sportives de l'université. Deux programmes ont été sabrés: les équipes compétitives de natation et de hockey.

Au-delà des entraîneurs congédiés et des joueurs et joueuses qui n'auront plus d'eau ou de glace, c'est toute la vie des athlètes-étudiants qui est bouleversée par la situation.

À 20 ans, Karine Lévêque a annoncé sa retraite du hockey sur les médias sociaux, quelques heures à peine après la disparition du programme de hockey féminin.
L'athlète de Kapuskasing accroche ses patins, sans cérémonie, ni partie d'adieu.

« Je voyais ma carrière de hockey finir à 23 ans. Mais là de finir ça d'un coup sec, c'est un choc. Je m'attendais à une senior night, devant mes partisans, mais ce n'est pas ça qui va se passer. »

—  Karine Lévêque, étudiante et athlète, Université Laurentienne
Karine Lévêque joue au hockey.

Karine Lévêque a donné ses derniers coups de patins avec les Voyageurs.

Facebook: Karine Lévêque

Karine Lévêque précise que les universités où elle peut étudier en français sont rares, surtout si elle désire poursuivre ses études en français près de chez elle.

Quant au volet hockey, elle ne voit pas où et comment elle pourrait se tailler une place dans une autre équipe universitaire, puisqu'elles sont probablement déjà complètes.

Natation

L'entraîneur de l'année sur le circuit universitaire ontarien, Phil Parker, a été congédié par la Laurentienne dans le processus de restructuration.

Cela a forcé la nageuse des Voyageurs, Noémie Ringuette, de Hearst, à prendre une décision difficile: elle quittera le nord de l'Ontario pour ses études l'an prochain. Elle tentera de se dénicher une équipe de natation compétitive fort probablement dans le sud de la province.

« J'aimais ça à Sudbury parce que j'avais un bon programme, qui n'a pas été annulé. J'étudiais en français, et je n'étais pas si loin de la maison. Mais là je vais devoir trouver une nouvelle équipe plus loin, et possiblement étudier en anglais. »

—  Noémie Ringuette, étudiante et athlète, Université Laurentienne
Noémie Ringuette nage dans la piscine.

Noémie Ringuette en action!

Collection personnelle: Noémie Ringuette

Le programme masculin de natation a aussi subi les contrecoups des changements majeurs à la Laurentienne.

Comme il ne lui reste qu'une année d'études à faire, Daxton Timeriski, d'Elliot Lake se contentera maintenant de nager pour le plaisir.

« Moi, je vais avoir 22 ans. Je vais commencer ma carrière bientôt. Je sais que je n'irai pas loin en natation. Mais ça me garde "en ligne" avec mes études. Mais je comprends ceux qui veulent partir. »

—  Daxton Timeriski, étudiant et athlète, Université Laurentienne
Daxton Timeriski entouré de nageurs.

Daxton Timeriski poursuivra sa carrière à Sudbury.

Collection personnelle: Daxton Timeriski

Soccer

Aucun changement n'est prévu en soccer féminin. L'entraîneur Brian Ashton entrevoit toutefois des difficultés pour recruter de nouvelles joueuses.
Il devra utiliser ses contacts pour trouver ses futures protégées.


L'entraîneur d'expérience espère connaître le plus rapidement possible la liste exacte des programmes de cours universitaires qui seront offerts l'an prochain à l'Université Laurentienne, pour pouvoir les convaincre de s'y inscrire.

Explications

L'université conserve ses équipes de basket-ball, course de fond, athlétisme en salle, golf, ski nordique, curling, aviron, baseball.

Dans un communiqué, la provost et vice-rectrice aux études, Marie-Josée Berger, a tenu à remercier ses athlètes. Elle estime que l'annulation de certains sports permettra à la Laurentienne d'aligner davantage ses ressources financières.