•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le goût des autres, ICI Première.
Le goût des autres, ICI Première.
Audio fil du lundi 24 juin 2019

Nathalie Duvermy, de La Ferme de l'Âne du St-Laurent et de Shamâne

Consacrer sa vie aux ânes dans le décor enchanteur de Port-au-Persil

Publié le 25 juin 2019
Nathalie Duvermy parle de ses ânes à Francis Reddy.
Les yeux de Nathalie Duvermy s'illuminent lorsqu'elle parle de ses ânes.PHOTO : Radio-Canada / Francis Dufresne

« Le jour où j'ai eu ma première ânesse, qui s'appelait Orly, [...] ma vie a complètement changé. C'est un animal tellement attachant, tellement doux », explique Nathalie Duvermy, copropriétaire de la Ferme de l'âne du Saint-Laurent, située à Port-au-Persil, près de Saint-Siméon. Depuis 2004, elle et son conjoint, Serge, font l'élevage d'ânes sur une petite propriété ancestrale située au cœur d'un paysage magnifique donnant sur le fleuve Saint-Laurent.

Le Ferme de l’âne du Saint-Laurent est une pionnière en Amérique du Nord. Depuis maintenant 15 ans, la petite entreprise se démarque en produisant, entre autres, du lait d’ânesse, destiné en premier lieu à la fabrication de savons artisanaux.

« L'âne va bien à Port-au-Persil, parce que c’est un animal qui s’adapte très bien à la montagne. En plus, nos ânes ont la chance de vivre dans un décor absolument fabuleux. »

—  Nathalie Duvermy, copropriétaire de la Ferme de l'âne du Saint-Laurent

Aujourd’hui, Nathalie Duvermy et son conjoint ont plus d’une vingtaine de bêtes. Le couple voue un amour indéfectible à cet animal.

« On pourrait un petit peu le comparer à un chien dans la relation qu’on peut avoir avec lui. [...] L’âne est très curieux de ce qu’on fait. Il aime beaucoup la compagnie des humains. Il est très câlin. Vous pouvez passer des heures à lui caresser les oreilles, il ne va pas vous en vouloir. »