•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le transport en commun gratuitement, pourquoi pas?

Le café show, ICI Première.
Audio fil du jeudi 4 octobre 2018

Le transport en commun gratuitement, pourquoi pas?

Le transport en commun gratuit, pourquoi pas?

Des usagers du transport en commun attendent un autobus au centre-ville d'Edmonton.
Des usagers du transport en commun attendent un autobus au centre-ville d'Edmonton. PHOTO : Radio-Canada
Le café show, ICI Première.
Le café showPublié le 4 octobre 2018

Un conseiller municipal d'Edmonton propose d'éliminer billets de transport et caissons de perception dans les autobus et les trains du transport en commun.

Aaron Paquette, représentant du quartier 4, encourage la capitale albertaine à s'inspirer de modèles européens comme celui de l'Estonie, où le public n'a plus besoin de payer pour monter à bord d'un autobus.

La proposition est loin de rallier tous les conseillers municipaux, mais Aaron Paquette maintient que la gratuité du transport gratuit se ferait pour le plus grand bien des Edmontoniens.

Selon les calculs du conseiller municipal, un tel système coûterait à chaque ménage 160 $ par année — une réduction énorme pour bien des familles qui déboursent des milliers de dollars pour le transport en commun chaque année.

Le pour et le contre

Le plan suggéré par M. Paquette est ambitieux, explique le professeur d'urbanisme de l'Université de Waterloo Pierre Filion.

« Ce n'est pas une pratique courante parce que ça peut causer des problèmes. »

—  Pierre Filion, professeur d'urbanisme

Venir en aide aux personnes peu fortunées avec un système de transport gratuit représente un objectif valable, d'après Pierre Filion. Il remarque cependant que la ville d'Edmonton a été conçue pour l'automobile. Il est difficile, selon lui, de briser les vieilles habitudes.

« Les gens habitent loin, dans des endroits qui ne sont pas desservis par le transport en commun, dit-il. Ces gens-là ne verront pas l'utilité d'avoir une subvention pour un système gratuit et c'est probablement eux qui vont faire en sorte que ça ne se produira pas. »

Si un système de transport gratuit était mis sur pied, il ne faudrait pas, selon Pierre Filion, que cela soit fait au détriment de la qualité des services.

« Ceux qui n'utilisent pas le transport pourraient être incités à l'utiliser pour des trajets courts, mais il faut que la qualité s'améliore avec le système. Sinon, ça n'aura aucun effet sur eux. »