•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’échappée au lasso à la Finale canadienne de rodéo

Le café show, ICI Première estival
Rattrapage du jeudi 4 novembre 2021

L’échappée au lasso à la Finale canadienne de rodéo

Une nouvelle discipline de cowgirls aux Finales canadiennes de rodéo

Lakota Bird sur son cheval ayant lancé le lasso autour du cou du veau.
Pour une première saison professionnelle d'échappée au lasso, Lakota Bird est première au classement après 15 rodéos, ce qui lui a permis d'accéder à la finale de samedi. PHOTO : Gracieuseté de Lakota Bird
Le café show, ICI Première estival
Le café showPublié le 5 novembre 2021

Le tournoi international qui a débuté mercredi au Parc Westerner de Red Deer sera l'hôte d'une nouvelle discipline samedi : l'échappée au lasso. Réservée aux femmes, cette discipline ajoute un brin d'équité au monde du rodéo canadien, encore largement accaparé par les hommes.

Un texte de Geoffrey Gaye

Les amateurs de rodéo professionnel connaissent bien la discipline de la prise de veau au lasso. Populaire au Stampede de Calgary, elle consiste pour les cavaliers à poursuivre un veau, l’attraper au lasso et descendre du cheval pour ligoter ses quatre pattes. Le but est d’accomplir ces gestes le plus rapidement possible.

L'échappée au lasso, c’est similaire, dit Lakota Bird, une des six participantes sélectionnées pour ce concours. Sauf qu’au lieu de descendre du cheval pour ligoter le veau, on arrête le cheval de façon à ce que la corde se tende et qu'elle se détache du cheval.

C’est à ce moment-là que le chronomètre s’arrête. Les meilleurs temps sont d’une ou deux secondes, ajoute l’athlète de Nanton, qui pratique cette discipline depuis son adolescence dans le ranch de ses parents.

À cheval entre tradition et modernité

Si cette discipline a été instaurée aux Finales canadiennes de rodéo, c’est en grande partie grâce à la mère de Lakota, Shawna Bird. Elle explique qu’après la pratique de cette discipline en parascolaire, les jeunes femmes n’ont pas vraiment la possibilité de continuer à un niveau professionnel.

La tendance s’inverse toutefois aujourd’hui aux États-Unis, où sa fille, Lakota, a été scolarisée.

« L’échappée au lasso devient de plus en plus populaire aux États-Unis. Nous avons essayé de faire la même chose ici aussi au Canada, pour donner une opportunité aux filles d’évoluer au niveau professionnel. »

— Une citation de  Shawna Bird, mère de Lakota Bird

Shawna Bird, en relation avec l’Association canadienne de rodéo professionnel et l’Association féminine de rodéo professionnel, a plaidé pour l’entrée de cette discipline aux Finales canadiennes de rodéo. Une requête acceptée par la direction de l'évènement.

La mère et la fille posant ensemble.

Lakota Bird et sa mère, Shawna, sont deux passionnées de l'échappée au lasso.

Gracieuseté de Shawna Bird

Pour cette première année, l’échappée au lasso est considérée comme une compétition mineure. Seules 6 participantes sont en lice, contre 12 pour les autres disciplines. Les 6 finalistes ont été sélectionnées au terme d'un classement établi après 12 compétitions qui ont eu lieu au cours de la saison, la première saison professionnelle de cette discipline au Canada.

Réservé aux femmes

Lors des Finales canadiennes de Rodéo à Red Deer, les femmes peuvent concourir dans deux disciplines - l’autre étant la course de tonneaux - contre huit disciplines pour les hommes.

À la question pourquoi cette discipline est-elle réservée aux femmes ? Bailey Hines, une des finalistes répond : ça a toujours été comme ça. Elle explique que la prise du veau au lasso est un sport pour les hommes, même s’il est pratiqué par certaines femmes aux États-Unis et sur le plan amateur au Canada. C’est un sport difficile, très physique, dit Bailey Hines.

Selon elle, l'échappée au lasso est donc l’alternative pour les femmes.

Bailey Hines lasso jeté en direction du veau.

Bailey Hines, participante à la finale de samedi, a débuté cette pratique sportive à 15 ans, tardivement par rapport aux autres compétitrices.

Gracieuseté de Bailey Hines

La cowgirl explique que l'échappée au lasso est pratiquée dans les écoles secondaires à la fois par les hommes et les femmes. C’est en grandissant que les hommes se détournent de cette pratique pour s’orienter vers d’autres disciplines de rodéo.

Des compétitions avec une catégorie féminine et masculine? Pourquoi pas un jour, mais je ne pense pas que ça va arriver, en tout cas ce n'est pas une nécessité, croit-elle.