•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le café show, ICI Première.
Le café show, ICI Première.
Rattrapage du mardi 11 mai 2021

La coalition des femmes de l'Alberta offre deux ateliers sur l'archivage

La Coalition des femmes de l'Alberta offre deux ateliers sur l'archivage

Publié le 11 mai 2021
Sophie et Patrick Arès-Pilon discutent alors qu'ils sont en train de classer des archives.
Sophie et Patrick Arès-Pilon ont créé une banque d'archives sur Internet pour organiser les milliers d'archives que leur a léguées leur grand-mère Anna. PHOTO : Radio-Canada / Hugo Levesque

Les 20 et 27 mai, la Coalition des femmes de l'Alberta offrira deux ateliers pour apprendre des trucs et des techniques pour la sélection et la classification des archives. Sophie et Patrick Arès-Pilon animeront ces ateliers.

Un texte de Geneviève Potvin

À l'époque où je travaillais avec l'équipe des réseaux sociaux d'ICI Alberta, j'avais eu la chance de me rendre à la maison de la grand-mère de Sophie et Patrick dans le cadre d'un reportage que je préparais. J'ai pu y découvrir une volumineuse collection d'archives, j'ai été impressionnée par tout ce qu'Anna Arès a pu conserver à travers le temps.

C'est d'ailleurs grâce à leur grand-mère que Patrick et Sophie ont développé un intérêt pour les archives.

« C'est toujours quelque chose qui m'a intéressée depuis que je suis petite fille. »

—  Sophie Arès-Pilon, animatrice de l'atelier d'archives

La première étape consiste à trier les documents et sélectionner ceux que nous voulons conserver de façon définitive. Mais qu'est-ce qu'un bon document à archiver?

Les factures sont intéressantes car elles nous renseignent sur nos intérêts à une époque de notre vie. Elles peuvent aussi nous donner des informations sur la hausse ou la baisse des prix de certains biens ou objets.

Sophie Arès-Pilon m'explique aussi que ça peut être utile et préférable de faire des échantillons et de ne pas tout garder, on fait le tri, on ne garde donc pas toutes les photos ou toutes les factures d'épicerie, par exemple.

On aurait tendance à penser que si nos vieilles lettres sont souillées ou que nos livres de recette sont tachés d'huile ou de nourriture, elles ne sont pas en bonne condition pour les archiver, mais ce n'est pas le cas. Toutes ces traces de vie nous donnent des renseignements sur la recette préférée de notre grand-mère, par exemple, ou au contraire sur une recette qu'elle ne faisait pas si la page du livre est restée comme neuve.

Durant les ateliers, Sophie et Patrick passeront plusieurs minutes pour bien expliquer comment conserver les archives.

« On doit déplier nos vieilles lettres, les plis usent et peuvent déchirer à la longue. On enlève les trombones de métal, on les remplace par des clips en plastique, pour ne pas rouiller les documents. »

—  Sophie Arès-Pilon, animatrice de l'atelier d'archives

Les ateliers seront offerts les 20 et 27 mai par la Coalition des femmes de l'Alberta. Vous pouvez vous inscrire en consultant la page Facebook de l'organisme (Nouvelle fenêtre).