•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les tendances 2022 en jardinage

Le café show, ICI Première estival
Rattrapage du mardi 17 mai 2022

Les tendances 2022 en jardinage

Les tendances 2022 en jardinage

Un jeune plant s'épanouit sous le soleil. Une boîte de jardinage apparaît derrière dans laquelle pousse des poussent de choux frisés.
Plusieurs nouvelles tendances plus soucieuses de l'environnement vous permettent de récolter chaque année des légumes cultivés localement.PHOTO : Radio-Canada / Rudy Desjardins
Le café show, ICI Première estival
Le café showPublié le 17 mai 2022

Vous avez consacré beaucoup d'énergie dans votre potager au cours des années de pandémie, mais cette année, la tendance est au laissez-faire. La nature s'occupe du reste.

C'est le temps de s'asseoir dans notre jardin et de regarder tout ce qui se passe naturellement autour de nous, mentionne Natasha Guillot, directrice de la Société d'horticulture de Calgary.

Le jardinage conscient est l'une des tendances en vogue en 2022 dans le monde horticole. Il s'agit d'un virage plus lent qui permet de mieux comprendre son espace de jardinage, estime Natasha Guillot.

Garder ses graines, conserver son eau

Selon l'horticultrice, une pénurie de graines de semences est à prévoir prochainement. Il faut donc avoir le réflexe de conserver les graines à partir des légumes qu'on aura fait pousser, explique Natasha Guillot. Ces graines peuvent être récupérées directement des tomates, concombres, carottes ou autres légumes et peuvent être bonnes durant plusieurs décennies.

Les étés secs sont également à prévoir dans le futur et la conservation et la gestion de l'eau sont cruciales. Il faut songer à récupérer l'eau de pluie et la conserver durant les mois estivaux.

Culture sans travail du sol

La tendance de la culture sans retourner le sol, en anglais appelé No Till, fait de plus en plus d'adeptes. Lorsque le sol est retourné avec un rotoculteur, on aère la terre, mais on l'assèche également et on empêche les bonnes bactéries de se former, explique Natasha Guillot.

La méthode à privilégier consiste plutôt à ajouter du compost et laisser la nature s'occuper du reste.