•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La facette économique au règne de terreur d'Adolf Hitler

Le café show, ICI Première.
Rattrapage du lundi 22 novembre 2021

La facette économique au règne de terreur d'Adolf Hitler

La facette économique du règne de terreur d'Adolf Hitler

L'armée.
L'armée allemande marche sur Champs Elysées en juillet 1940.PHOTO : Getty Images / Hulton Archive
Le café show, ICI Première.
Le café showPublié le 23 novembre 2021

Devrait-on enseigner les bienfaits des politiques économiques de l'Allemagne nazie ? Une phrase à cet effet dans un cadre de référence du nouveau programme scolaire albertain a fait controverse avant que ce document ne soit retiré du site web du gouvernement plus tôt ce mois-ci.

La phrase en question se lit comme suit : si une vidéo met en lumière les atrocités faites par le régime allemand durant la Deuxième Guerre mondiale, est-ce que cette vidéo met aussi l’accent sur le fait que les politiques économiques du gouvernement allemand ont, de façon importante, renforcé l’économie du pays?

Pour l'enseignant d’études sociales au Centre francophone d’éducation à distance, Kevin Bergeron, même si l'Allemagne a connu une croissance importante durant l'ère nazie, il est crucial d'ajouter du contexte. C'était un système autoritaire, il y avait beaucoup d'intervention du gouvernement et la création de richesse ne s'appliquait pas à tout le monde, explique-t-il.

Certains historiens ont attribué ce regain économique à l'économie de guerre du Troisième Reich qui avait pour but de financer la politique de réarmement de l'Allemagne. Kevin Bergeron admet qu'il y a eu une création d'emploi, mais fait valoir que les travailleurs des industries militaro-industrielles étaient moins bien rémunérés qu'avant la crise économique de 1929 et que leurs conditions de travail étaient exécrables.

Kevin Bergeron, également vice-président de l'Association des enseignantes et enseignants francophones de l'Alberta, fait confiance au professionnalisme des enseignants qui travaillent sur l'élaboration du programme d'étude et au discernement de ceux qui l'enseignent.

Cependant, il s'inquiète que les gouvernements puissent publier et signer des documents sans savoir ce qu'ils contiennent.