•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Bien manger dans les hôpitaux

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du lundi 15 août 2022

Bien manger dans les hôpitaux

Les diététistes-nutritionnistes, incontournables pour améliorer la nourriture à l'hôpital

Un repas d'hôpital
Bien manger dans les hôpitauxPHOTO : Photo offerte par Neil Yonson/CBC News
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 15 août 2022

L'apparence et le goût des repas servis aux patients dans les hôpitaux freinent parfois l'appétit. « Je ne peux pas dire qu'on mange nécessairement mal, mais [...] il y a place à l'amélioration », affirme Paule Bernier, présidente de l'Ordre des diététistes-nutritionnistes du Québec.

Il faut maximiser l'apparence, les couleurs, les textures. Mais ça prend des sous pour faire ça, note Mme Bernier, qui craint que l'inflation sape le budget alloué aux aliments dans les hôpitaux.

La spécialiste soutient que l'élaboration des repas servis dans les hôpitaux devrait reposer sur l'expertise des diététistes-nutritionnistes. Les besoins nutritionnels d'une personne qui a subi une chirurgie, par exemple, qui doit guérir, sont beaucoup plus élevés. [...] C'est vrai que l'appétit ne suit pas, et c'est là que les risques de malnutrition arrivent.

Un patient mal nourri risque de voir son séjour à l'hôpital se prolonger, rappelle Paule Bernier.

« Investir dans l'alimentation et dans les services nutritionnels professionnels par une diététiste, c'est un investissement rentable pour les hôpitaux du Canada et du monde entier. »

— Une citation de  Paule Bernier, présidente de l'Ordre des diététistes-nutritionnistes du Québec