•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

De nombreux Manitobains appellent Jeunesse, J'écoute

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du lundi 30 mai 2022

De nombreux Manitobains appellent Jeunesse, J'écoute

Hausse des demandes de soutien psychologique à Jeunesse, J’écoute

Une personne qui a le téléphone en main comme quelqu'un qui écrit un texto.
De nombreux Manitobains appellent Jeunesse, J'écoute.PHOTO : Attraction
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 30 mai 2022

Le nombre de jeunes qui ont recours à l'organisme Jeunesse, J'écoute a presque doublé depuis le début de la pandémie. Ils appellent de partout au pays à la recherche d'un soutien psychologique. « On a vu une croissance importante dans le nombre de textos et de messages », témoigne Sarah Benkirane, directrice des opérations cliniques de l'organisme.

Les motifs des demandes varient, comme l'explique Mme Benkirane. Ce qui est le plus présent en ce moment, c'est l'anxiété, le stress. On voit beaucoup de jeunes qui parlent de tristesse, de déprime. On voit à peu près 20 % des conversations qui parlent du suicide. On en voit aussi beaucoup liées à l'isolement, précise-t-elle.

« Après deux ans [de pandémie], les jeunes sont fatigués comme on l'est tous, puis commencent à vraiment parler de ce qu'ils ont vécu au cours des deux dernières années. »

— Une citation de  Sarah Benkirane, directrice des opérations cliniques, Jeunesse, J’écoute

Mme Benkirane ajoute que l'incertitude marque l'état d'esprit de plusieurs jeunes en ce moment. Plusieurs jeunes n'ont jamais parlé à quelqu'un de leur environnement ni à leurs proches de ce qui se passe.

Pour subvenir au besoin des jeunes, l'organisme compte sur le dévouement des bénévoles formés en intervention de crise, fait savoir Sarah Benkirane. Les bénévoles sont supervisés en temps réel, tout le temps, par des cliniciens, donc des professionnels de la santé mentale.

Plusieurs de ces bénévoles retournent au travail ou à l'école actuellement, et « ça nous laisse un peu dans un besoin urgent de bénévoles », regrette Mme Benkirane. Elle invite ceux qui veulent devenir bénévoles à Jeunesse, J’écoute à se rendre à la section « s'impliquer (Nouvelle fenêtre) » du site web de l'organisme.

Jeunesse, J’écoute offre des services d’aide psychologique professionnels 24 h sur 24, 7 jours sur 7, par appel téléphonique ou par message texte.