•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Applications pour acheter des aliments presque périmés

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 26 mai 2022

Applications pour acheter des aliments presque périmés

Des applications antigaspillage de plus en plus populaires

Les fruits et légumes représenteraient près de la moitié des 150 000 tonnes de nourriture gaspillées chaque jours aux États-Unis.
Applications pour acheter des aliments presque périmés PHOTO : Reuters / Ben Nelms
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 26 mai 2022

Des applications mobiles sont de plus en plus développées dans le but de combattre le gaspillage alimentaire tout en permettant de faire des économies. Les applications Too Good To Go, Flashfood, FoodHero et Sauvegarde « gagnent de la popularité, mais ça demeure un phénomène qui est encore marginal », souligne une spécialiste.

Maryse Côté-Hamel, professeure adjointe en sciences de la consommation à l'Université Laval, explique qu'alors que le gaspillage alimentaire demeure un sérieux problème, « les consommateurs canadiens ont encore une certaine réticence à acheter des fruits et des légumes qui n'ont pas l'air parfait ».

Les aliments que proposent ces applications sont proches de leur date de péremption, ce qui leur fait perdre parfois leur apparence attrayante, mais ils sont encore bons pour la consommation, rappelle-t-elle.

En cette période où le prix des aliments ne fait que monter, le recours à ces applications « peut être une excellente alternative », d'après Mme Côté-Hamel. Quand on prend des fruits et des légumes, les rabais sont généralement très intéressants.

Mme Côté-Hamel fait remarquer, par contre, qu'il faut être un consommateur bien organisé pour tirer profit de l'achat des aliments sur le point d'atteindre la date de péremption.

Un phénomène parallèle à celui des applications antigaspillage vient attirer les consommateurs. On voit de plus en plus d'offres de produits qui s'affichent comme incluant des ingrédients un petit peu plus moches, observe Maryse Côté-Hamel [...]. Ça contribue à démocratiser, si on veut, le fait d'acheter des aliments qui ne sont pas d'apparence parfaite.