•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Difficulté de recruter des bénévoles pour les festivals

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 25 mai 2022

Difficulté de recruter des bénévoles pour les festivals

Pénurie de bénévoles dans les festivals

Le panneau du musée Saint-Joseph, au Manitoba.
Difficulté de recruter des bénévoles pour les festivalsPHOTO : Daniel Gervais
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 25 mai 2022

Les organisateurs des événements qui marquent la saison estivale éprouvent des difficultés à mobiliser des bénévoles. « Cependant, ce n'est pas nécessairement dû à la COVID-19 », affirme Camille Fisette-Mulaire, directrice du Musée de Saint-Joseph.

Le Festival du patrimoine de Montcalm a lieu chaque année sur le terrain du Musée de Saint-Joseph. Un nombre remarquable de bénévoles prend part à cet événement. Au total, dans les années normales, on a eu jusqu'à 196 personnes. C'était incroyable, ce nombre, étant donné que la communauté de Saint-Joseph, c'est une très petite communauté, indique Mme Fisette-Mulaire.

« On a du mal à attirer des bénévoles, [...] c'est surtout [en raison] de l'inondation, parce que ça a retardé les semences. »

— Une citation de  Camille Fisette-Mulaire, directrice du Musée de Saint-Joseph

L'agriculture occupe une place importante dans la vie des habitants de la municipalité rurale de Montcalm, rappelle Mme Fisette-Mulaire. Ceux qui en temps normal font du bénévolat au Festival sont présentement très occupés dans les champs. La grande quantité de pluie des derniers jours a retardé le début des activités des agriculteurs. Cette année, c'est un tout petit peu différent.

La directrice du Musée de Saint-Joseph souligne aussi le dévouement des jeunes de l'École régionale Saint-Jean-Baptiste à cette célébration de la culture et du patrimoine francophones de Saint-Joseph.

Bien que le Festival, prévu pour le mois prochain, n'ait pas encore recruté le nombre de bénévoles requis, Camille Fisette-Mulaire reste optimiste. Il y a toujours des gens qui sont toujours prêts à porter main-forte, et puis ils vont se donner un peu plus pour compenser, dit-elle.