•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Impact du prix de l'essence sur les détaillants

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du mardi 24 mai 2022

Impact du prix de l'essence sur les détaillants

Hausse du prix de l’essence : les détaillants en subissent les contrecoups

Une personne qui met de l'essence dans sa voiture.
Impact du prix de l'essence sur les détaillants PHOTO : Radio-Canada / Robert Short
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 24 mai 2022

Le prix de l'essence ne fait que grimper et s'établit à plus de 2 $ le litre à certains endroits au Canada. Qui tire profit de la hausse du prix du carburant?

C'est une crise énergétique sans précédent que traverse non pas juste le Manitoba, mais effectivement tout le pays, tous les pays et tous les continents, mentionne Carol Montreuil, vice-président de l’Est du Canada et analyses économiques de l'Association canadienne des carburants. Il rappelle que cette hausse du prix à la pompe perdure depuis l'invasion russe en Ukraine. La Russie est un joueur énergétique si important sur l'échiquier mondial.

Pour analyser d'où vient ce prix et à qui profite ce prix, il faut comprendre que l'industrie pétrolière, c'est vraiment trois secteurs bien distincts : celui de la matière première, [...] celui des raffineries [...] et le détaillant. Donc trois secteurs distincts avec une dynamique propre à chacun d'entre eux.

M. Montreuil indique que « c'est d'abord et avant tout le producteur du baril de pétrole, qui est tellement en demande sur la planète présentement, qui va en profiter ». Malheureusement, le détaillant à la station-service, lui, « finalement a très peu d'impact et bénéficie très peu » de la hausse du prix à la pompe.

« Le détaillant est au bout de la chaîne avec tous les problèmes mondiaux qui se sont accumulés avant que le litre d'essence arrive chez lui. »

— Une citation de  Carol Montreuil, v.-p. de l’Est du Canada et analyses économiques de l'Association canadienne des carburants

Selon M. Montreuil, deux facteurs pourraient contrecarrer la flambée du prix de l'essence : « un conflit [Ukraine-Russie] qui pourrait s'amenuiser ou bien une économie qui pourrait repartir au galop ou également ralentir ».