•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La grippe aviaire inquiète au Canada

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 21 avril 2022

La grippe aviaire inquiète au Canada

Grippe aviaire : « pas de raison de paniquer, mais il faut être préoccupé »

Deux bernaches sur l'eau.
La grippe aviaire inquiète au Canada.PHOTO : Radio-Canada / Gavin Boutroy
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 21 avril 2022

Dans plusieurs provinces canadiennes et aux États-Unis, des cas de la grippe aviaire H5N1 ont été détectés chez les oiseaux sauvages depuis décembre 2021. Le Manitoba a annoncé mercredi deux cas, « ce qui pourrait amener une contamination des oiseaux domestiques », selon un expert.

Cette grippe, appelée aussi « influenza aviaire », « cause un taux de mortalité et de morbidité chez plusieurs espèces d'oiseaux », précise Jean-Pierre Vaillancourt, professeur titulaire à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal.

« Ce virus-là a la particularité que, lorsque les oiseaux sont malades, ils vont excréter énormément de particules virales, alors l'environnement est contaminé. »

— Une citation de  Jean-Pierre Vaillancourt, professeur titulaire à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal

Les changements climatiques ont leur influence sur la situation actuelle, souligne le vétérinaire. On a, ni plus ni moins, un choc de certains écosystèmes où on a des oiseaux. Ces oiseaux migrateurs, c'est le réservoir naturel de ces virus influenza. [...] Ce qu'on a présentement, c'est une souche nouvelle qui cause énormément de problèmes en Europe et qui commence à en causer beaucoup au Canada et aux États-Unis.

L'expert exhorte tout un chacun à faire preuve de prudence afin d'éviter de contaminer les oiseaux domestiques. Il ajoute que le taux de contamination d'oiseaux à l'homme « est extrêmement faible » à ce jour. Ce n'est pas complètement exclu, mais la probabilité est très faible, note Jean-Pierre Vaillancourt.