•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Annuler certains frais de scolarité postsecondaire au Manitoba, mais à quel prix?

Le visage de Marie Paule Ehoussou
Marie Paule Ehoussou estime que le projet de loi 33 dans son état actuel donne trop de pouvoir au gouvernement par rapport aux frais de scolarité postsecondaire.PHOTO : Fournie par Marie Paule Ehoussou
Publié le 10 mars 2022

Depuis mercredi, le gouvernement du Manitoba a débuté une série de consultations concernant les frais de scolarité dans les collèges et universités, entourant notamment sur le projet de loi 33. Marie Paule Ehoussou, de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants (FCÉÉ), garde un œil attentif sur la suite des choses.

Si la loi 33 vient à passer, le gouvernement essaiera de voir quelles sont les choses [qui devraient] changer, explique la trésorière de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants. Les discussions ont donc porté sur l’accès aux études postsecondaires, la différence des frais en fonction des programmes et des frais d’associations étudiantes.

Mme Ehoussou affirme que dans son état actuel, le projet de loi 33 accorderait au ministre de l’Éducation supérieure le pouvoir d’émettre et de réglementer les frais de scolarité des universités et des collèges

Cette perspective l'inquiète, puisque le gouvernement pourrait ainsi annuler ou rendre facultatif certains frais d’association.

« Le fait d’annuler des frais de campus ou d’accès à des services d’association affecterait énormément la vie des étudiants. »

— Une citation de  Marie Paule Ehoussou

Les frais des associations permettent par exemple à certains étudiants d’avoir accès à des soins de santé, soutient la trésorière. Elle ajoute qu'ils permettent aussi l’accès à différents services, comme la banque alimentaire.

Selon Marie Paule Ehoussou, même le fait de rendre ces frais facultatifs pourrait toucher les services aux étudiants. Lorsque vous souscrivez à des services en groupe, vous avez toujours droit à des bons de réduction, explique-t-elle.

Si cette loi, telle qu’elle est pour le moment, [...] vient à passer comme ça, cela laisse le libre arbitre aux institutions d’augmenter les frais de scolarité comme elles le veulent, affirme Mme Ehoussou.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser