•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Recrudescence des infections transmissibles sexuellement

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du lundi 7 mars 2022

Recrudescence des infections transmissibles sexuellement

Hausse des ITS : pour une meilleure éducation sexuelle des jeunes

Le portrait de la docteure Julie Lajoie experte en virologie et immunologie à l’Université du Manitoba
La docteure Julie Lajoie est experte en virologie et immunologie à l’Université du Manitoba.PHOTO : Gracieuseté de la docteure Julie Lajoie
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 8 mars 2022

La docteure en virologie et immunologie à l'Université du Manitoba Julie Lajoie se rend dans les écoles conscientiser les jeunes aux infections transmissibles sexuellement. « Il faut vraiment en parler et puis revenir aux bonnes méthodes de base d'éducation », recommande-t-elle.

Les maladies transmises sexuellement augmentent énormément au Canada, affirme Julie Lajoie, qui souligne que « dans la dernière décennie », ces maladies ont connu une recrudescence remarquable. La gonorrhée [...] c'est une augmentation d'un peu plus de 130 %. C'est la même chose pour la chlamydia, on a une augmentation de près de 40 % [...] La syphilis, c'est près de 400 % d'augmentation, indique-t-elle.

L'experte rappelle qu'en raison de la COVID-19, « les données de surveillance n'ont pas été rapportées en 2020 et 2021 ». Elle souligne que la hausse du nombre de cas d'ITS observées en 2019 risque de se reproduire sur d'autres années.

Plusieurs hypothèses expliquent l'augmentation des infections transmissibles sexuellement, selon Julie Lajoie. Elle cite le manque d'éducation sexuelle dans les écoles ou les comportements à risque, alors que « le VIH est devenu une maladie chronique ».

Les femmes sont plus touchées par ces maladies que les hommes, car « des fois, c'est beaucoup moins facile pour une femme de demander à un partenaire de porter un condom », explique Julie Lajoie. Les trois quarts des nouvelles infections [par le VIH] chaque année, ce sont des femmes, précise-t-elle.

À la demande des enseignants, Julie Lajoie parle aux jeunes de 12, 13 et 14 ans dans les écoles. Elle encourage les parents à avoir le dialogue avec leurs enfants.

« L'éducation, c'est toujours la meilleure façon de commencer [...]. Il faut juste avoir les bonnes bases pour partir comme adolescent, comme jeune adulte. »

— Une citation de  Julie Lajoie, experte en virologie et immunologie à l'Université du Manitoba