•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Importance des logements pour aînés LGBTQ+

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 3 décembre 2021

Importance des logements pour aînés LGBTQ+

Des résidences pour aînés LGBTQ+ : se sentir en sécurité chez soi

Deux hommes âgés assis sur un banc de parc.
Importance des logements pour aînés LGBTQ+PHOTO : Getty Images / Nicolas McComber
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 3 décembre 2021

Un projet de logements abordables à Winnipeg pour les aînés LGBTQ+ figure parmi les initiatives de la Ville qui pourraient recevoir du financement du gouvernement fédéral.

Le sentiment que ça fait émerger pour les personnes LGBTQ+, c'est qu'elles peuvent vieillir, terminer leur vie dans un milieu où elles n'ont pas à dissimuler qui elles sont. C'est extrêmement de travail, de dissimuler son orientation sexuelle ou son identité de genre, affirme Julien Rougerie, chargé de programmes à la Fondation Émergence, à propos d'initiatives du genre.

Julien Rougerie rappelle que les personnes âgées LGBTQ+ représentent 10 % de la population des résidences pour aînés à travers le Canada. La quasi-totalité d'entre [ces personnes] ne se sentent pas en sécurité d'être elles-mêmes [...] et cela a des conséquences très graves sur leur santé, leur bien-être, leur accès à la cohésion sociale, etc., déplore-t-il.

« Quand on n'est pas à l'aise, on n'est pas sûr d'être en sécurité. [...] C'est un stress énorme qui pèse sur la majorité, malheureusement, des personnes LGBT qui sont dans des milieux d'hébergement. »

— Une citation de  Julien Rougerie, chargé de programmes à la Fondation Émergence

Les actions de la Fondation Émergence visent à sensibiliser les résidences existantes à être plus inclusives. Il y a beaucoup, beaucoup de travail à faire aujourd'hui au Canada, témoigne le chargé de programmes, en suggérant que les bonnes pratiques peuvent aider les aînés LGBTQ+ à ne pas « retourner dans le placard ou [à ne pas] demeurer dans le placard ».

C'est vraiment des petites actions qui doivent être répétées au quotidien, progressivement, insiste-t-il.