•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le pronom « iel » fait son apparition dans Le Robert

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 17 novembre 2021

Le pronom « iel » fait son apparition dans Le Robert

Le pronom iel maintenant dans le dictionnaire Le Robert

Des dictionnaires Le Petit Robert sur une tablette.
Le Robert a intégré les mots «iel», «antivax» et «passe sanitaire» à son dictionnaire.PHOTO : Radio-Canada / Karine Mateu
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 17 novembre 2021

Le pronom iel fait son entrée dans la version numérique du dictionnaire Le Robert, aux côtés de néologismes comme « antivax » et « passe sanitaire ». Cette démarche se veut inclusive, notamment pour les personnes non binaires, mais elle est reçue dans certains milieux avec scepticisme ou, même, résistance.

Iel est la contraction des pronoms personnels « il » et « elle » et son usage à l’oral est déjà très répandu au sein des communautés LGBTQ+.

La titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les interactions entre les langues à l'Université du Manitoba Nicole Rosen considère que les personnes qui s’opposent à ce pronom le font pour des raisons politiques.

« [L’opposition au mot] n’a rien à voir avec la linguistique. C’est plutôt politique », affirme Mme Rosen.

Elle ajoute que les linguistes souhaitent rendre compte des mots dont la société fait usage.

« On cherche les attestations de ce mot dans les écritures. Lorsqu’il y a suffisamment d’exemples écrits d’un mot, on considère que c’est dans l’usage et que le mot pourrait être intégré au dictionnaire. Ça fait au moins depuis 2013 que ce mot est attesté », explique-t-elle.

L’un des arguments forts des opposants au pronom était qu'il était absent du dictionnaire. Mme Rosen avance donc que son ajout au Robert contribuera à rendre « plus légitime l’emploi de ce mot ».

Elle réfute l’idée selon laquelle un troisième genre en français n’existait pas auparavant, puisque « dans l’ancien français, il y avait trois genres, dont le neutre », souligne-t-elle.

Mme Rosen croit que la consignation du pronom iel dans le dictionnaire pourrait être un pas vers son usage dans les documents légaux, comme les passeports ou les permis de conduire.