•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 11 juin 2021

Début du grand tournoi de soccer, l'Euro 2020

Coup d’envoi de l’Euro 2020 : l'analyse de Patrick Di Stefani

Publié le 11 juin 2021
Image générique d'un ballon de soccer qui entre au fond d'un but et tend le filet.
Ballon de soccer au fond des filetsPHOTO : iStock

Les amateurs de soccer sont fébriles, à l'aube du très attendu tournoi de l'Euro 2020, qui débute ce vendredi. Repoussé d'un an en raison de la pandémie, le championnat s'amorce par un affrontement entre la Turquie et l'Italie, disputé à Rome. L'analyste Patrick Di Stefani explique ce qui attend les spectateurs de ce tournoi de 51 matchs, dont la finale aura lieu le 11 juillet.

À l’occasion des 60 ans de la compétition, indique Patrick Di Stefani, les matchs se tiendront exceptionnellement dans 11 villes européennes différentes. C’est notamment à Londres, Munich, Rome, Amsterdam, Bucarest, Glasgow ou Séville que s’exécuteront les joueurs des 24 grandes équipes qualifiées.

Si le tournoi obéit à une logistique pandémique complexe qui conjugue tests de dépistage, vaccination et restrictions de voyage, il s’agit également d’une sorte de « répétition pour la prochaine Coupe du monde [de football] avec les protocoles sanitaires en place », souligne Patrick Di Stefani.

Selon l’analyste, les équipes favorites demeurent les classiques comme la France, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne ou les Pays-Bas. La Belgique, « s’il n’y a pas de blessés », précise-t-il, ou encore l’Italie, une équipe « en reconstruction, mais qui est assez forte », sont aussi du nombre, de même que la Turquie, qui pourrait créer la surprise, indique-t-il.