•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 8 avril 2021

Comment outiller les jeunes à l'école pour aider leur santé mentale

Des stratégies mises en place dans les écoles pour la santé mentale des élèves

Publié le 8 avril 2021
Deux enfants se saluent avec avec le coude et portent un masque.
Poignées de main alternatives COVID-19PHOTO : Getty Images / andreswd

La division scolaire Seven Oaks à Winnipeg s'adapte pour répondre à la détresse des élèves durant la pandémie et instaure un programme de mentorat pour les élèves en plus de miser sur les activités parascolaires, selon son directeur général adjoint, Matt Henderson.

La santé mentale des élèves est ébranlée depuis un an et de nombreux parents d'adolescents peinent à trouver des ressources pour accompagner leurs jeunes avec l'isolement social forcé engendré par la crise sanitaire de COVID-19.

D’abord, selon M. Henderson, le retour en classe a pu permettre un meilleur accompagnement des élèves de la maternelle à la 12e année : « Les élèves sont dans les écoles tous les jours, et, souvent, les enseignants les connaissent depuis le tout début de leur parcours. Sur les 12 000 nous n’en avons plus que quelques-uns à distance. »

Pour ce qui est des élèves du secondaire de la division scolaire Seven Oaks, ils sont à l’école une journée sur deux et « font partie d’un programme pour les appuyer [dans lequel] chaque enfant est connu par un adulte au minimum ».

« Nous disposons d’un conseiller et d’un enseignant d’appui dans chaque école secondaire pour nous assurer qu’aucun enfant n'est laissé pour compte. »

—  Matt Henderson, directeur général adjoint de la Division scolaire de Seven Oaks

Selon le directeur général adjoint, cette stratégie représente un avantage parce que le jeune connaît déjà l’adulte et un lien est créé. La division Seven Oaks veut ainsi « être centrée sur les relations », fait valoir M. Henderson.

« Les parents choisissent l’adulte qui sera responsable du jeune, cette personne peut aussi être un directeur d’école », soulève-t-il.

Des stratégies pour améliorer la santé mentale des élèves

Selon Matt Henderson, la division scolaire a créé « des classes plus petites de 15 personnes » et « a augmenté le nombre d’enseignants » pour mieux encadrer les élèves durant cette période difficile.

M. Henderson note que « certains apprenants ont besoin d’un appui plus fort ». Il avoue que des élèves sont plus susceptibles de souffrir des restrictions liées à la pandémie : « Il y a un an, quand tout le monde était à la maison, il y a eu un grand impact pour les élèves en pauvreté ou avec des problèmes [à la maison]. »

Par ailleurs, la division scolaire a mis en place des stratégies pour limiter les impacts négatifs de la pandémie sur la santé mentale. Parmi ces stratégies, Seven Oaks mise entre autres sur la vie sociale des jeunes, selon son directeur général adjoint.

« Nous avons recommencé nos programmes parascolaires [...] C’est vraiment important pour la santé mentale. Pour certains élèves c’est la raison primaire pour laquelle ils viennent à l’école », souligne Matt Henderson.

Les écoles de cette division scolaire offrent des programmes de sports, comme le basketball, et des programmes artistiques, comme la pratique des instruments à vent et des chorales. Pour Matt Henderson, ces programmes sont importants pour le développement des jeunes.

« Il n’existe pas de solution magique, mais quand les jeunes sont engagés et qu’ils ont un but, c’est une façon de contrôler la santé mentale. »

—  Matt Henderson, directeur général adjoint de la Division scolaire Seven Oaks