•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 7 avril 2021

Les risques d'incendie dans plusieurs municipalités au Manitoba

Les feux de broussailles occupent les pompiers bénévoles à La Broquerie

Publié le 7 avril 2021
Un feu de broussailles près d'un boisé.
Le feu de broussailles n'a fait aucun blessé.PHOTO : Soumise par Liam Pattison

Depuis près de dix jours, le coordinateur des mesures d'urgence de La Broquerie, Louis Tétrault, est témoin des répercussions des feux de broussailles, souvent causés par des résidents. Parmi les conséquences de ces feux, certains résidents ont perdu des biens matériels et les pompiers ont vécu du stress.

Dans le sud-ouest et l'est de la province, les déplacements motorisés dans l’arrière-pays sont interdits et les feux de camp limités entre 20 h et 8 h.

« Les feux sont surtout dans les régions agricoles et dans les régions rurales », note Louis Tétrault en parlant des résidents qui brûlent une partie de leur champ.

Plusieurs municipalités ont déjà mis en place leur propre initiative de restrictions sur le brûlage au printemps, dont la municipalité de La Broquerie.

« Les pompiers sont appelés chaque jour depuis plus d’une semaine. Ils ont donc beaucoup de travail à cause des feux de brousse. »

—  Louis Tétrault, coordinateur des mesures d'urgence de La Broquerie

M. Tétrault a l’impression que les résidents sont sensibilisés aux feux, mais en même temps, ces résidents se disent « ça ne va pas arriver à moi ».

Les risques d'incendie en forêt sont élevés dans plusieurs régions de la province en raison des précipitations plus faibles. Ces conditions météorologiques engendrent des sols plus secs, selon Environnement Canada.

Il y a quelques semaines, une personne a mis le feu dans un baril, explique Louis Tétrault. Selon lui, le résident a perdu sa ferme et ses bâtiments.

Le coordinateur des mesures d'urgence de La Broquerie explique que dans certaines situations, trois municipalités ont travaillé de concert pour éteindre un feu.

De plus, M. Tétrault rappelle que les pompiers sont bénévoles et ont un autre travail à temps plein.

« Après plusieurs heures à tenter d'éteindre un feu, [les pompiers] sont fatigués, et, le lendemain, ils doivent aller travailler. »

—  Louis Tétrault, coordinateur des mesures d'urgence de La Broquerie