•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du mardi 6 avril 2021

10 ans après les inondations de Saint-Laurent

Le constat d’un résident de Saint-Laurent, dix ans après les inondations

Publié le 6 avril 2021
Des terres inondées près du lac Manitoba en 2011
Des terres inondées près du lac Manitoba en 2011. PHOTO : CBC

Il y a dix ans, le Manitoba connaissait une importante inondation printanière. Les résidents de la communauté métisse de Saint-Laurent, à 80 kilomètres au nord-ouest de Winnipeg, en ont subi les dégâts. C'est le cas entre autres du résident Louis Allain qui replonge dans ses souvenirs.

En mai 2011, la communauté de Saint-Laurent qui se trouve aux abords du lac Manitoba croulait sous l'eau. Louis Allain a été témoin et victime des ravages. « C’était tout un test de résilience », avoue-t-il.

Au plus fort de l'inondation de 2011, 7000 personnes avaient été évacuées, dont 276 familles autour du lac Manitoba, selon les données de la province. Les propriétaires de résidences le long du lac ont donc dû nettoyer et rebâtir leur terrain.

« [Le travail de reconstruction] a été long et périlleux. On parle d’une période d’environ deux ans pour tout rebâtir selon les normes pour que les propriétés aient plus de résilience. »

—  Louis Allain, résident de Saint-Laurent

Des militaires ont été déployés pour prêter main-forte à certaines communautés le long du lac Manitoba, mais selon Louis Allain, l’armée était peu présente et « assez timide » à Saint-Laurent.

Dix ans plus tard, la communauté « a vraiment repris du galon, affirme M. Allain. Quelques endroits ont été abandonnés, mais dans l’ensemble, c’est tout reconstruit ».

Les causes de l'inondation

Les inondations de 2011 ont, en partie, été causées lorsque la province s’est servie du canal de dérivation de Portage pour rediriger les eaux de la rivière Assiniboine vers le lac Manitoba, et ainsi protéger des propriétés du sud.

En même temps, Louis Allain rappelle que « le deux tiers de l’eau qui s’est retrouvée dans le lac Manitoba venait du nord » et que « le débit d’eau qui entrait par Portage était inférieur ».

Aujourd’hui, Louis Allain espère que le gouvernement investira davantage dans la prévention des inondations. Il surveille de près l’Accord de financement Canada et Manitoba pour la construction de canaux de déversement au lac Manitoba et au lac Saint-Martin. En janvier dernier, le Manitoba demandait au gouvernement fédéral de signer cet accord.