•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 5 mars 2021

Le capacitisme, la stigmatisation des personnes en situation de handicap

Au-delà des mots-clics, l’impact bien concret du capacitisme

Publié le 5 mars 2021
Photo d'un homme en fauteuil roulant.
Une personne en fauteuil roulantPHOTO : iStock

La Société de la francophonie manitobaine (SFM) a dû modifier le mot-clic de sa campagne « Debout Saint-Boniface » en raison des accusations de capacitisme qu'elle essuyait. Ce slogan était en effet jugé inapproprié dans le contexte où l'organisme qui veut acquérir l'ancien hôtel de ville, Manitoba Possible, en est un qui offre des services aux personnes en situation de handicap.

Rosalie Best, coordonnatrice des services d’accessibilité à la Ligue manitobaine des personnes en situation de handicap, estime qu’au-delà de cette controverse liée à une erreur somme toute « un peu comique », le fond du problème réside dans le combat que mène la Société de la francophonie manitobaine contre la vente de l’ancien hôtel de ville à Manitoba Possible.

À travers tous ces débats, affirme-t-elle, « les personnes en situation de handicap se sentent comme si elles n’avaient pas de place à Saint-Boniface ».

La notion de capacitisme renvoie à toute forme de « discrimination contre les personnes en situation de handicap », rappelle-t-elle. Dans l’ensemble, observe Mme Best, il y a dans les communautés un problème de sensibilisation aux réalités, fort diverses, des personnes en situation de handicap.

Le capacitisme a des effets très concrets, précise Mme Best. Celle-ci souligne par exemple que « seulement 58 % des personnes en situation de handicap qui sont capables de travailler sont à l’emploi aujourd’hui au Canada ». Mme Best affirme que ces difficultés d’accès à l’emploi ou encore à des services tiennent souvent à des préjugés. Certains supposent des limitations aux personnes handicapées et les excluent d’emblée, explique-t-elle.

Selon Mme Best, cette stigmatisation est le fait d’une « société qui gardait ses personnes en situation de handicap derrière des portes fermées, il y a juste 30 ans » de cela. Le projet de Manitoba Possible, en donnant une meilleure visibilité aux personnes handicapées, contribuerait d'ailleurs à l’éducation de la société, croit-elle.