•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une nouvelle bande dessinée bilingue Kamala au Canada de Kaj Hasselriis

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 2 octobre 2020

Une nouvelle bande dessinée bilingue Kamala au Canada de Kaj Hasselriis

Une bande dessinée sur l’adolescence de Kamala Harris à Montréal

Planche d'une bande dessinée, avec la légende «L'histoire vraie de la jeunesse de Kamala Harris à Montréal et comment elle est devenue une Politkid!». Les dessins représentent la petite Kamala Harris entre des affiches portant les inscriptions «oui» et «non», puis des enfants portant des affiches revendiquant le droit de jouer au soccer.
La bande dessinée «Kamala au Canada» de Kaj Hasselriis raconte comment s'est développé l'engagement politique de Kamala Harris, à l'époque où elle habitait à Montréal.PHOTO : Kaj Hasselriis
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 2 octobre 2020

Dans sa deuxième bande dessinée, Kamala au Canada, Kaj Hasselriis relate le passage à Montréal de Kamala Harris, qui y a vécu pendant cinq années, de 12 à 17 ans. La colistière du candidat démocrate Joe Biden, première femme noire et sud asiatique à occuper cette fonction, a en effet passé son adolescence dans la métropole québécoise, raconte Kaj Hasselriis, qui souligne qu'elle y était notamment durant le référendum de 1980.

Fille d’un père jamaïcain et d’une mère indienne, qui s’étaient rencontrés aux États-Unis, Kamala Harris quitte la Californie pour s’envoler vers Montréal à l’âge de 12 ans. Elle y découvre l’hiver et le français, mais s’éveille également à l’engagement politique, souligne l’auteur, qui estime que l’âge de 10, 11 ou 12 ans est propice à « voi[r] vraiment ce qui se passe dans le monde ».

Revenant sur un épisode présenté dans la bande dessinée, l’auteur raconte la bataille menée par la petite Kamala pour que le propriétaire de l’immeuble où elle habitait à Montréal laisse les enfants jouer au soccer. « C’est vraiment une bonne histoire au sujet des enfants qui apprennent qu’ils ont des droits et que le monde n’est pas complètement juste, mais qu’on peut faire quelque chose à propos de ça », commente-t-il.

Cette bande dessinée, tout comme la précédente, Politikids, qui revenait sur l’enfance des quatre principaux candidats à l’élection fédérale de 2019, souhaite répondre au besoin de parents et d’enseignants de « montrer [aux] enfants [...] qu’ils peuvent être chefs, qu’ils peuvent être de jeunes leaders », estime l’auteur.

La bande dessinée de Kaj Hasselriis est présentée dans un format bilingue, avec une traduction signée Martine Bordeleau. Elle est disponible en ligne (Nouvelle fenêtre).