•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Des cours sur le racisme et l'histoire des Noirs dans les écoles

Le 6 à 9, ICI Première.
Rattrapage du lundi 29 juin 2020

Des cours sur le racisme et l'histoire des Noirs dans les écoles

« L’histoire des Noirs, c’est d’abord l’histoire du Canada », indique l’historien Amadou Ba

Amadou Ba présente son manuscrit dans les studios de Radio-Canada.
Amadou Ba est l'auteur du livre : l'histoire oubliée de la contribution des esclaves et soldats noirs à l'édification du Canada. PHOTO : Radio-Canada / Justine Cohendet
Le 6 à 9, ICI Première.
Le 6 à 9Publié le 29 juin 2020

Dans les foulées des mouvements sociaux contre le racisme systémique, des voix s'élèvent au Manitoba comme en Saskatchewan et en Ontario pour intégrer au cursus scolaire des cours sur le racisme et sur l'histoire des Noirs au Canada. Selon Amadou Ba, historien et chargé de cours à l'Université de Nipissing et à l'Université Laurentienne, il sera ainsi possible de « créer une société où les Afro-Canadiens se sentiront véritablement dans leur pays ».

L’histoire des Noirs au pays est « méconnue », affirme l’auteur de L'histoire oubliée de la contribution des esclaves et soldats noirs à l'édification du Canada (1604-1945). « C’est une histoire qui est là, qui est présente », mais qu’« on ne trouve pas dans les manuels scolaires », déplore-t-il, rappelant qu’« il y a eu de l’esclavage ici aussi au Canada ».

Donner des cours à ce sujet permettrait non seulement de rétablir les faits, mais également de reconnaître l’apport des personnes noires à l’histoire canadienne, croit Amadou Ba. Il soutient qu’ainsi, les gens comprendront que « c’est une histoire de 400 ans, [...] ce n’est pas une histoire d’immigrants récents ».

Amadou Ba croit qu’il est également nécessaire de renseigner les élèves sur le racisme et ses origines lointaines. « On retrouve l’utilisation du dénigrement de la personne noire dans les religions », donne-t-il en guise d’exemple. De telles représentations racistes se sont « imprégn[ées] dans les esprits des gens ». L’éducation a alors un « rôle majeur » pour changer les mentalités, poursuit-il.

Le racisme vient souvent de « ne pas connaître l’autre », indique l’historien. Par conséquent, soutient-il, valoriser l’apport des personnes noires au Canada permettrait d’emblée de lever des préjugés. Il cite des héros militaires noirs, « des figures qui doivent être nationalisées », affirme l’historien. « C’est une histoire locale, nationale, avant que ce soit l’histoire des Noirs », déclare-t-il, en ajoutant que ce silence en soi constitue une « discrimination dans le savoir, une discrimination dans l’enseignement ».