•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Michel Lacombe s'entretient avec Émilien Pelletier

Le 21e, ICI Première.
Michel Lacombe s'entretient avec Émilien Pelletier

Michel Lacombe s'entretient avec Émilien Pelletier

Émilien Pelletier, le lanceur d’alerte du fleuve Saint-Laurent

Émilien Pelletier regarde une personne qui  l'interviewe.
Émilien PelletierPHOTO : Radio-Canada
Le 21e, ICI Première.
Le 21ePublié le 14 décembre 2021

Émilien Pelletier, de l'Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER), a toujours alerté les gens sur les dangers qui guettent le grand fleuve, l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Il se définit comme un écotoxicologue marin, « qui se préoccupe de la toxicité et des effets néfastes des contaminants qui peuvent porter atteinte aux écosystèmes marins ».

La menace actuelle qui guette le Saint-Laurent est la désoxygénation. « On explore constamment les propriétés de l’eau […] pour mesurer la température, l’oxygène dissous, le pH et tous les autres paramètres physico-chimiques, explique Émilien Pelletier. Il y a des changements qui ne nous apparaissent pas positifs pour la perte d’oxygène [du fleuve]. »

La réduction d'oxygène de la couche profonde de l’estuaire, située à partir de 250 m, menace la survie de certaines espèces.

« On a remarqué depuis une vingtaine d’années que cette eau atlantique est de plus en plus chaude. […] L’oxygène est moins soluble dans l’eau lorsqu’elle est plus chaude. »

— Une citation de  Émilien Pelletier

Afin de freiner cette menace, il propose de diminuer les activités humaines dans le bassin versant en mettant en place un plus grand nombre de règlements.

Piqué par la mer

Émilien Pelletier vient du village de Saint-Donat, situé à une trentaine de kilomètres de Rimouski, où il a passé l’essentiel de sa vie professionnelle. Son père était friand des palourdes et la famille allait les recueillir au printemps à la plage de Sainte-Luce. « C’est un peu ma découverte du milieu marin », raconte le scientifique. Bien sûr, il a fait des études supérieures, dont un doctorat en chimie, avant de devenir un écotoxicologue marin.

Également au cours de cette entrevue, il relate l'histoire entourant la fondation de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski et nous parle de l’influence de ses diplômés sur la survie des milieux marins partout sur la planète.