•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Michel Lacombe s'entretient avec l'ancien directeur du Devoir, Jean-Louis Roy

Le 21e, ICI Première.
Michel Lacombe s'entretient avec Jean-Louis Roy

Michel Lacombe s'entretient avec l'ancien directeur du Devoir, Jean-Louis Roy

Jean-Louis Roy : l'intellectuel diplomate

Jean-Louis Roy se trouve devant un micro.
Jean-Louis RoyPHOTO : Radio-Canada / Marie-Sandrine Auger
Le 21e, ICI Première.
Le 21ePublié le 14 septembre 2021

Michel Lacombe rencontre Jean-Louis Roy. L'ex-directeur du Devoir et ancien délégué général du Québec à Paris a quitté la présidence de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en mai 2021 en soulignant qu'il fallait prendre très au sérieux le virage numérique de cette société d'État. « Toutes les fonctions classiques d'une bibliothèque ou d'un accès aux archives doivent être recréées dans un autre environnement par rapport à une offre qui est très différente », dit-il.

Jean-Louis Roy grandit en Beauce dans une famille très nombreuse. Pour ses études au collège classique, dans les années 1950, sa famille l’envoie en Nouvelle-Écosse, chez les Acadiens. C’est dans la bibliothèque bien fournie de ce collège que Jean-Louis Roy s’intéresse au métier de diplomate.

Diriger le Devoir, une surprise

Après ses études en philosophie à l’Université de Montréal et à l’Université McGill, le conseil d’administration du Devoir lui offre la direction du quotidien montréalais, ce qui le surprend complètement. Jean-Louis Roy ne se considère pas journaliste, mais il a beaucoup publié sur « des sujets chauds, dont la question constitutionnelle ». Il entre en poste en 1981, dans une période difficile, alors que les employés déclenchent une grève et que le Québec se trouve au lendemain de la défaite référendaire.

Après son mandat au Devoir en 1986, il désire revenir à son vieux rêve : devenir diplomate en allant étudier à Genève. Encore à sa grande surprise, il est nommé délégué général du Québec à Paris par le premier ministre du Québec Robert Bourassa, et secrétaire général de l’Agence intergouvernementale de la francophonie. « C’est un moment de très grande présence du Québec en France », affirme-t-il.

Au cours de cette entrevue, Jean-Louis Roy raconte les hauts et les bas de la francophonie, explique comment le français connaît un recul en Afrique et analyse l’avenir de la Chine. « On ne peut pas, aujourd’hui, ne pas s’intéresser à ce très grand pays. »