•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Audio fil du jeudi 5 juillet 2018

Quatre îles du fleuve Saint-Laurent accessibles au public

Quatre îles ouvrent une partie de leurs berges au public près de Montréal

Publié le 5 juillet 2018
Un paysage de l'île
Un sentier et une tour d'observation ont été aménagés sur l'Île aux Cerfeuils, protégée par Conservation de la nature Canada, mais dorénavant accessible au public. PHOTO : Radio-Canada / Martin Thibault

Peu de gens savent que Montréal est en fait la plus grosse île d'un archipel qui en comprend une centaine. Et quatre d'entre elles accueillent maintenant les visiteurs.

Ces îles ont été acquises par Conservation de la nature Canada, en collaboration avec la Ville de Montréal, pour assurer leur protection. Il s’agit de l’île Bonin, sur la Rivière-des-Prairies, des îles à l’Aigle et aux Cerfeuils, sur le fleuve Saint-Laurent, et de l’île Beauregard, près de Verchères. Elles appartenaient auparavant à des particuliers.

« La particularité, c’est que ce sont des habitats exceptionnels pour les oiseaux, dont beaucoup d’espèces menacées », explique le directeur de programmes pour le sud du Québec à Conservation de la nature Canada, Julien Poisson. On y retrouve notamment le hibou des marais et le goglu des prés, ainsi que des plantes menacées, comme l’arisème dragon.

Chacune des îles est entourée d'herbiers aquatiques, qui abritent une cinquantaine d'espèces de poissons, dont le chevalier cuivré.

Les citoyens doivent accéder aux îles à bord de leur propre embarcation, mais les bateaux à moteur sont à éviter. Chaque île possède une aire d’accueil reliée à une tour d’observation par un sentier.

Julien Poisson précise que seulement 1 % à 2 % de la superficie de chaque île est accessible au public, afin de ne pas nuire aux écosystèmes. « On a pesé le pour et le contre, et on s’est dit que de sacrifier 1 % à 2 % de superficie par île pour mettre de l’avant la mission d’éducation, de sensibilisation de la population, ça vaut la peine », affirme-t-il.