•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Culture avec Catherine Richer : Les orchestres et les chorales en pandémie

Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 26 août 2021 : Le troisième lien, et l’achat en vrac

Culture avec Catherine Richer : Les orchestres et les chorales en pandémie

Les harmonies, chorales et orchestres symphoniques dans l’angle mort de la reprise culturelle

Un lutrin, une partition et une chorale en arrière-plan.
Certains groupes d'harmonies, de chorales ou d'orchestres sont à l'arrêt depuis le début de la pandémie.PHOTO : Radio-Canada / ICI Musique
Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18Publié le 26 août 2021

La Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec (FHOSQ) déplore certaines incohérences qui perdurent dans le milieu, contraignant certains ensembles à être à l'arrêt depuis le début de la pandémie. Ce sont près d'un demi-million de personnes au Québec qui font partie de chorales, d'harmonies ou d'orchestres, et comme il existe deux volets – scolaire ou parascolaire et senior –, les groupes dépendent de deux ministères.

Cela crée ainsi de la confusion sur les règles sanitaires qui s’appliquent selon le groupe, comme le rapporte la chroniqueuse culturelle Catherine Richer.

À la fin de sa chronique, Catherine Richer affirme que la consigne de distanciation est de 1,5 mètre pour les instruments à vent et de 2 mètres pour les percussions et instruments à cordes. Or, il s’agit du contraire : 1,5 mètre de distanciation pour les percussions et instruments à cordes, puis 2 mètres pour les instruments à vent.