•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 27 janvier 2021 : Manifestation à l'Accueil Bonneau, et lesbophobie

Manifestation des employés de l’Accueil Bonneau : Reportage de René Saint-Louis

Manifestation contre l’embauche de gardiens de sécurité pour travailler auprès des itinérants

Publié le 27 janvier 2021
Un groupe de personnes tenant des affiches devant le Grand Quai du Vieux-Port de Montréal.
Les manifestants reprochent à l'Accueil Bonneau d'avoir mis à pied 11 employés et d'avoir embauché des agents de sécurité d'une firme privée.PHOTO : Radio-Canada / René Saint-Louis

Une centaine de personnes ont manifesté devant le refuge pour itinérants installé dans le Vieux-Port de Montréal, mercredi, pour protester contre la mise à pied de 11 employés de l'Accueil Bonneau. Les manifestants reprochent à l'organisme de se départir de ses intervenants spécialisés pour les remplacer par des agents de sécurité qui n'ont pas la formation pour intervenir auprès d'une clientèle vulnérable.

La direction nous a expliqué que c’était une restructuration des services, qui, selon eux, ne correspondent plus aux besoins des itinérants, et qu’il fallait s’appuyer sur des pratiques innovantes, indique la porte-parole du Syndicat des travailleurs de l'Accueil Bonneau, Chloé Bourbiaux. Mais nous n’avons pas eu plus d’explications.

Elle craint que ces pratiques innovantes consistent à remplacer les travailleurs formés pour intervenir auprès des itinérants par des agents de sécurité. L'Accueil Bonneau a récemment accordé un contrat à l'entreprise Garda pour poster des gardiens à la halte-répit hivernale du Vieux-Port. On veut défendre la nécessité des services d’intervention en première ligne parce que les personnes en situation d’itinérance ont besoin d’avoir des personnes formées et qualifiées qui sont là pour les accueillir, et pas juste des agents de sécurité qui sont là pour orienter et faire appliquer des règles, ajoute Chloé Bourbiaux.

De son côté, la direction de l’Accueil Bonneau assure que la mise à pied des 11 employés n’a aucun lien avec l’embauche d’agents de Garda. Ceux-ci ont été recrutés en novembre lors de l'ouverture de la halte-répit hivernale du Vieux-Port et leur contrat devrait prendre fin lors de la fermeture du refuge, prévue le 31 mars.

Elle ajoute avoir constaté que les besoins ont changé. Par exemple, alors que les intervenants formaient, auparavant, la porte d’entrée principale de l’Accueil Bonneau en allant à la rencontre de la clientèle directement dans la rue, les services les plus demandés aujourd’hui concernent surtout les repas, les douches et l’accès aux ordinateurs, ce qui ne requiert pas nécessairement un travail d’intervention.

Un phénomène qui se répand?

De nombreux travailleurs d’autres organismes œuvrant auprès des sans-abri se sont joints à la manifestation. Ils craignent que l’embauche de gardiens de sécurité pour remplacer les travailleurs sociaux devienne une pratique généralisée dans leur milieu.

Une publicité de Garda circule d’ailleurs sur les réseaux sociaux. L'entreprise dit être à la recherche d’employés pour accomplir des contrats au sein d’organismes tels que la Mission Old Brewery, la Mission Bon Accueil et l’Armée du Salut. Du côté de la Mission Old Brewery, on assure n’avoir aucune intention d’embaucher des agents de sécurité et que ce type de contrat n’a été donné que dans une seule occasion à Garda.