•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Rattrapage du 25 janvier 2021 : Symboles vikings dans l'extrême droite, et pénurie de vétérinaires

Un stade pour des itinérants atteints de la COVID-19 : Reportage René Saint-Louis

COVID-19 : un stade de soccer transformé en centre de quarantaine pour les sans-abris

Publié le 26 janvier 2021
Les cubicules servant de chambres individuelles dans la zone-dortoir du stade, disposés en rangées.
Le Stade de soccer de Montréal peut accueillir 150 personnes en situation d'itinérance atteintes de la COVID-19. PHOTO : Radio-Canada / René Saint-Louis

Le Stade de soccer de Montréal a été transformé d'urgence en centre de quarantaine pour les personnes en situation d'itinérance atteintes de la COVID-19. L'immense complexe, situé dans l'arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, a été aménagé par la Croix-Rouge canadienne en l'espace de quelques jours et permettra d'héberger 150 sans-abris. Une quinzaine de personnes avaient déjà commencé leur isolement lundi.

L’ancien hôpital Royal Victoria sert déjà de centre de quarantaine pour les personnes en situation d’itinérance ayant reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Toutefois, la capacité de 62 lits a été atteinte et dépassée la semaine dernière, d’où la nécessité d’ouvrir un deuxième centre.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) avait quand même prévu le coup. Le 13 janvier, le ministère de la Santé et des Services sociaux a demandé à la Croix-Rouge de se tenir prête pour mettre sur pied un nouveau centre. La Ville de Montréal a choisi le stade de soccer, un bâtiment de 12 600 mètres carrés, soit l’équivalent de huit patinoires de la Ligue nationale de hockey. Ce lieu, dont la construction a été achevée en 2015, est adéquat aux yeux du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal et de la Mission Old Brewery.

Si les gens peuvent s’imaginer un grand stade sportif, ou un grand gymnase, ils savent que les zones de terrain de jeu sont délimitées par un grand rideau. On se sert de ces installations-là en ce moment pour délimiter la zone-dortoir, explique la directrice des communications de la Croix-Rouge, Carole Du Sault.

Carole Du Sault, vêtue de son gilet de la Croix-Rouge et portant un masque de procédure, prend la pose dans une rangée de cubicules.

Carole Du Sault, directrice des communications à la Croix-Rouge canadienne

Radio-Canada / René Saint-Louis

Chacune des 150 chambrettes – soit des cubicules construits avec des planches de bois et de la toile – comprend un lit, une chaise, un petit bureau et l’accès à l’électricité. D’énormes tentes peuvent aussi être subdivisées en trois chambres. Le reste de l’espace est aménagé en une zone repas et une zone détente avec des télévisions. Le stade comprend également 12 vestiaires avec douches et toilettes.

Un lit de camp est déployé à gauche, une table et une chaise pliante sont installées à droite du cubicule.

Chaque chambrette dispose d'un lit, d'une table et d'une chaise.

Radio-Canada / René Saint-Louis

« On a fait appel à nos équipes de prévention, nos experts en épidémie, comme ceux qui sont allés combattre l’Ebola en Afrique. Le nouveau défi dans ce cas-ci, c’est d’accompagner des personnes en situation d’itinérance »

—  Pascal Mathieu, vice-président de la Croix-Rouge au Québec
Un plancher a été installé par-dessus le gazon synthétique pour installer des tentes en forme de demi-cylindre avec portes et fenêtres.

La Croix-Rouge est spécialisée dans le déploiement rapide d’hébergement temporaire, notamment pour venir en aide à des personnes sinistrées.

Radio-Canada / René Saint-Louis

Il s’agit de l'opération en cours offrant le plus grand nombre de lits depuis le début de la pandémie pour la Croix-Rouge, dont les moyens matériels sont similaires à ceux de l’armée pour déployer ce genre d’opérations. Encore là, nous avons une expertise qu’elle n’a pas, par exemple, l’aspect humain. Dans la formation de base de tous les employés ou les bénévoles à la Croix-Rouge, la première leçon, c’est comment interagir avec une personne en crise et comment rassurer les gens, souligne Pascal Mathieu, vice-président de la Croix-Rouge au Québec.