•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'achat local à Laval : Reportage de Francis Labbé

Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Audio fil du lundi 12 juin 2017

L'achat local à Laval : Reportage de Francis Labbé

Une entreprise de Laval veut révolutionner la production de légumes frais au Québec

Panier de légumes
Un panier de légumes fraisPHOTO : iStock / @iStockphoto.com
Le titre de l'émission Le 15-18 avec l'animatrice Annie Desrochers, souriante.
Le 15-18Publié le 12 juin 2017

La Boîte Maraîchère, une entreprise agricole de Laval, veut faire pousser et offrir des légumes frais au Québec 365 jours par année, et ainsi, favoriser l'achat d'aliments locaux.

« Ce qui est important à savoir, c’est qu’aujourd’hui, il y a 70 % des produits qui sont importés de la Californie et du Mexique. Nous voulons donc vraiment nous attaquer à ces marchés en produisant ce qui provient de là. »

— Une citation de  Richard Giunta, président de La Boîte Maraîchère.

Pour y arriver, La Boîte Maraîchère a développé un concept de serres agricoles dans des conteneurs servant au transport maritime. Dix conteneurs sont ainsi équipés pour arroser et éclairer les plantes pour qu’elles poussent rapidement. Ce complexe hydroponique peut faire pousser jusqu’à 15 000 plants par semaine, selon Richard Giunta.

« Pour pouvoir toucher les gens, il faut être sur les tablettes. Et pour être sur les tablettes, tout ce qui est légumes frais, l’hiver, c’est très difficile. Alors c’est là que nous intervenons. »

— Une citation de  Julien Loiseau, vice-président de La Boîte Maraîchère.

En plus d’assurer une production de légumes frais tout au long de l’année, malgré les fluctuations de températures, cette façon de faire offre également une plus grande stabilité pour ce qui est des prix, selon Richard Giunta, président de La Boîte Maraîchère.

Un concept innovateur que l’entreprise souhaite donc développer jusque dans les communautés plus isolées, au Nunavik ou au Nunavut par exemple, où le coût des légumes frais est exorbitant.