•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le 15-18, ICI Première.
Le 15-18, ICI Première.
Audio fil du vendredi 21 avril 2017

Société avec Danny Braün : Les 50 ans de l'Expo 67

Souvenirs d’Expo 67 : « On a ressenti une immense fierté »

Publié le 21 avril 2017
Passants sur le site de l'Expo 67
Une partie du site de l'Expo 67PHOTO : La Presse canadienne

« Montréal est devenue spectaculaire grâce à Expo 67, ça a été une révélation au monde! » Cinquante ans plus tard, Yves Jasmin, qui était directeur de l'information, de la publicité et des relations publiques à Expo 67, est toujours aussi fier d'avoir pris part à cet événement marquant de l'histoire de Montréal.

« Ce qui est inspirant de l’expo, c’est qu’il ne faut pas renoncer à de grandes idées qui peuvent survenir. »

—  Yves Jasmin, directeur de l'information, de la publicité et des relations publiques à Expo 67

Âgé aujourd’hui de 95 ans, Yves Jasmin se souvient de tout le travail qu’avait nécessité Expo 67. C'est d’ailleurs lui qui a pensé faire appel à des artistes connus aux États-Unis pour faire la promotion de l’événement, comme Maurice Chevalier.

« Ma première réalisation a été de dire : "Il faut qu’on sensibilise les États-Unis à ce qu’on fait." Mais on n’avait pas tellement d’argent et ça coûtait cher », ajoute l'auteur de La petite histoire d'Expo 67. C'est en 1964 qu'Yves Jasmin a embarqué dans la folle aventure de l'Expo 67, soit quelques années après que l’URSS ait retiré sa candidature.

Les uniformes des hôtesses de l'Expo 67, signés Michel Robichaud

Bibliothèque et Archives Canada

Yves Jasmin se souvient du passeport. Une idée géniale selon lui, puisque les gens pouvaient venir plusieurs fois par jour. « C’est comme ça qu’on a eu 51 millions de visiteurs », précise-t-il.

Pour l’ancien directeur de l’information, Expo 67 a rapporté beaucoup à Montréal. « Il n’y a pas de déficit, c’est un coût. Un coût qui rapporte. »